Le faux chantage lié à Agüero, l'avenir lisible de Messi... La mise au point signée Bartomeu

sait qu'il n'a pas le droit à l'erreur cette année. En effet dans quelques semaines, le président tentera de conserver son fauteuil. Ce serait une catastrophe pour lui si clamait haut et fort ses envies de départ.

Lionel Messi et Sergio Agüero

Une mise au point importante. Au cours d'un entretien diffusé via la Radio National de España, Josep Maria Bartomeu a tenu à clarifier les choses en ce qui concerne Lionel Messi. Une fois encore, le patron du Barça a souligné le fait qu'il est hors de question d'envisager une seule seconde de valider le départ de l'attaquant argentin qui est, bien entendu, la superstar incontournable au . "Messi est heureux à Barcelone. En fait, il est un Catalan. Messi est avec nous depuis des années et nous espérons qu'il raccrochera ses crampons ici", a confié Josep Maria Bartomeu.

Sans surprise, il a aussi été interrogé à propos de . Ces derniers temps, les médias espagnols insistaient sur le fait que "La Pulga" voudrait à tout prix pouvoir jouer avec son ami la saison prochaine. Josep Maria Bartomeu a fait voler en éclats cette rumeur tenace. "Messi n'est jamais venu nous demander de le faire signer. Messi ne fait jamais cela", a martelé l'homme d'affaires. Une chose est sûre, Lionel Messi serait sans doute ravi de pouvoir s'exprimer aux côtés "d'El Kun" qui est actuellement sous contrat à .

Les deux hommes ont une relation très forte depuis déjà plusieurs années et ils font toujours le maximum afin de se voir le plus possible en dehors, bien sûr, des rassemblements internationaux avec l'Albiceleste. A priori, le Barça n'a pas vraiment besoin de recruter Sergio Agüero. L'entraîneur peut déjà s'appuyer sur un trident d'enfer : -Messi-Suarez qui a du talent à revendre. La venue "d'El Kun" l'obligerait à laisser, par exemple, "El Pistolero" sur le banc. L'ex-joueur de ne resterait sûrement pas longtemps au s'il devenait une simple doublure...
Article précédent Barça : le groupe pour ... Article suivant Porto : l'inquiétude gr...