Mercato - Le début de saison du Paris FC, le rêve de la Ligue 1, son avenir... Idriss Ech-Chergui sort du silence pour TM

Promu sur le fil en après les déboires de , le joue dans la cour des grands depuis le début de saison. Cinquième à deux points du podium, le club francilien se prend désormais à rêver de l'élite. Ce que n'a pas caché à le milieu offensif , double buteur samedi en , à l'approche d'un déplacement chez le leader Reims.

Idriss Ech-Chergui

"La  ? Pourquoi pas ?"


Idriss, le Paris FC est cinquième après 14 journées...

C'est un début de saison inespéré. Le groupe a été remanié, avec un nouveau coach. L'objectif, c'est le maintien mais on joue les premières places. C'est une bonne surprise. On n'a rien à envier à personne, à l'image de notre performance contre Lorient. On s'efforce de produire du beau jeu. On espère confirmer à Reims. On est en haut, on n'a pas la peur de perdre.

Quel est le secret de votre réussite ?

Le groupe est soudé. On sait d'où l'on vient, on a plus d'envie que la plupart des autres équipes. Beaucoup de joueurs sont revanchards et veulent montrer qu'ils ont le niveau professionnel. Et ceux qui rentrent apportent quelque chose. Une bonne dynamique s'est créé. Si on met de l'engagement, on ne craint personne. Mais on n'a pas le droit d'être à 90 %, sinon on le paye.

Avec 25 points, le maintien est déjà en bonne voie...

On n'en a pas parlé, mais on vise 31-32 points d'ici à la trêve. On ne veut pas se contenter du maintien. Plusieurs équipes sont montées en étant promues, comme Amiens et . Cela arrive souvent. L'équipe est nouvelle et ce sera difficile, mais des clubs moins expérimentés que nous y sont parvenus. Pourquoi pas nous ?

Après le barrage perdu contre Orléans en mai, c'était l'incertitude sur le sort du club...

On se voyait en National à la reprise de l'entraînement. On a commencé les matchs amicaux et on ne savait toujours pas. Et puis ça s'est accéléré... On l'a su lors du dernier match, contre Orléans justement, une semaine avant le début du championnat (après la relégation de Bastia, ndlr). C'était une grande joie. Cela penche de mon côté, car je n'avais pas pu monter avec Luzenac. Je suis content. On a pu construire une équipe rapidement.

"J'aimerais continuer l'aventure"


Comment jugez-vous vos performances ?

J'ai 32 ans, bientôt 33. Le coach a été clair et honnête avec moi, il voulait m'utiliser comme joker. Bien sûr, tout joueur a envie de débuter, mais cela me convient. J'essaye de donner mon maximum quand je rentre (3 titularisations en 12 matches, ndlr). Cela m'a souri contre Valenciennes. Les remplaçants donnent tout pour permettre à l'équipe de prendre des points.

Quelle est votre situation contractuelle ?

Je suis sous contrat jusqu'en juin 2018. J'aimerais continuer l'aventure, qu'il y ait une montée ou non. Le club se structure de plus en plus et je m'y sens bien. Je vais devoir attendre la décision des dirigeants, pour savoir s'ils souhaitent me conserver.

Pour finir, suivez-vous toujours les résultats de l'AS Saint-Etienne, votre club formateur ?

Bien sûr. Ils sont en difficulté en ce moment. La défaite dans le derby, cela m'a fait mal. Je suis en contact avec . Je prends des nouvelles de - un gars irréprochable sur et en dehors du terrain - et de Bafétimbi Gomis. Je suis fier de lui. Il fait une énorme carrière. Cela fait dix ans qu'il est régulier.
Article précédent Coupe de France : Le Ha... Article suivant Valenciennes : Masson a...


Commenter

Retrouvez les derniers commentaires postés sur notre site en cliquant simplement sur le nom "Top Mercato" ci-dessous ▼