Ligue 1 : Quillot est très opposé à la proposition de réforme de la LdC

s'est exprimé sur la possible réforme de la . Il pense que la création d'une ligue quasi fermée serait catastrophique pour la .

Didier Quillot

Le directeur exécutif de la est inquiet quant à la possibilité de remodelage profond de la Ligue des Champions : "Ce projet est dangereux pour trois raisons. Il alourdirait significativement le calendrier. Il y aurait en effet quatorze matches au lieu de six en phase de groupes. Un joueur international qui irait en finale de Ligue des champions pourrait jouer entre 70 et 80 matches sur une saison. Les clubs qualifiés pour les 8es de finale de la C 1 et qui participeraient à la L 1, à la et à la disputeraient deux rencontres par semaine entre août 2024 et juin 2025. Évidemment, ces clubs auraient des équipes A et B, la première en C 1, la seconde en Championnat. Nous avons besoin de l'équipe A du , pas de la B. Il existe un autre risque, pour les sélections nationales celui-là, car il est prévu de réduire le nombre de semaines pour les sélections. Et enfin, il y a un risque pour la survie des Coupes nationales", a-t-il confié lors d'un entretien accordé à .

"La lutte pour le podium n'existerait plus"


Il l'estime particulièrement dangereux pour les championnats nationaux : "Si ce projet avait été mis en place cette saison, Lille, actuellement deuxième du Championnat, ne participerait pas à la Ligue des champions la saison prochaine. C'est un danger majeur pour l'attractivité de notre Championnat. La lutte pour le podium que nous avons cette saison n'existerait plus. (...) Ce projet vise un objectif : l'augmentation des droits télé européens. Mais de la même manière que les arbres ne montent pas jusqu'au ciel, les droits télé ne sont pas extensibles à l'infini. Si ceux de la C 1 augmentent de manière très significative, je pense qu'il y a un risque majeur de cannibalisation des droits TV domestiques. Deuxième risque économique : s'il y a une baisse d'attractivité, il y aura une baisse des affluences, de la billetterie, du sponsoring et une nouvelle baisse des droits télé. Il y a un risque majeur pour la Ligue 1."

Et de conclure : "Les Championnats domestiques sont les piliers de la pyramide. Ce qui est en jeu, c'est le football des territoires, des derbys. Les Français y sont très attachés." Pour rappel, le PSG est favorable à cette révolution, tandis que l' et l'OM hésitent. Les autres clubs hexagonaux y sont opposés.
Article précédent Le nouveau Messi, la re... Article suivant OM : les dirigeants aur...