OL-Benfica : un Lyon taille patron !

Après son très bon match en championnat contre (3-1), retrouvait face au la douceur des soirées européennes, qui lui ont si souvent réussi. En cas de victoire, l'OL pouvait reléguer ses adversaires du jour à six points, et commencer à sentir le parfum des huitièmes de finale. L'autre enjeu était bien sûr de confirmer sa prestation hexagonale, et prouver que la mayonnaise est bel et bien en train de prendre dans le Rhône. Bilan des courses : du tout bon pour un Lyon qui retrouve enfin du mordant. Victoire 2-0, nette et sans bavure.



est arrivé à Lyon avec l'objectif de faire franchir à cette équipe le palier censé la mener dans la cour des grands, et tutoyer enfin la Coupe aux grandes oreilles. Et si en L1, l'OL a effectivement perdu de sa superbe, les vice-champions de France ont conservé leur ADN continental : solidarité, gestion, efficacité... autant de qualités qui leur ont permis d'empocher six points en deux matches sans vraiment briller (c'est bien ce qui différencie encore Lyon des autres formations françaises).

Après le net regain de forme entrevu dimanche dernier, Lyon devait profiter de la venue des Portugais pour prendre les trois points, mais aussi pour parfaire un peu plus les ajustements de son collectif en progression exponentielle. Et c'est avec une équipe quasi-type qu'ils s'y sont employés. Le 4-3-3 maison, avec Réveillère--Diakathé-Cissokho pour les fondations, Pjanic-Gourcuff-Gonalons (Toulan est blessé) à la construction, et le trio Briand-Lisandro-Bastos à la finition. Plutôt du lourd donc.

Lyon est enfin une équipe


Et le moins que l'on puisse dire, c'est que cet amalgame de talent commence à sérieusement ressembler à une équipe. Face à des Lisboètes loin de fermer le jeu, Lyon a pu réciter ses gammes. Bonne maîtrise du ballon, des décalages à la pelle, des centres trouvant presque systématiquement preneurs... Pour résumer, un joli spectacle.

Après une entame de match un peu timide, a détendu de l'atmosphère, en reprenant de la tête un centre impeccable de Bastos. A l'origine de l'action, le Brésilien avait touché du bois d'un subtil extérieur du gauche. La suite : récupération de Gourcuff, qui décale Bastos. Centre instantané sur la tête de l'ancien Rennais (bien aidé par l'appel de Lisandro). Limpide.
La suite du match ressemble à une pléiade d'occasions des Gones, bien aidés par l'expulsion de Gaitan (43e), après deux jaunes mérités. En vrac, petite sélection des plus beaux mouvements de l'OL.

Le festival lyonnais


31e, Gourcuff régale : Reveillère centre à ras de terre. Lisandro s'efface astucieusment, et Gourcuff gratifie alors le stade d'un geste délicieux. Passement de jambe du droit, passe aveugle sur l'appui avec son pied gauche. Soyeux... et pas loin d'être décisif. Lisandro est un peu court pour reprendre l'offrande.
45e, un jeu "briand" : à la suite d'un une-deux parfaitement exécuté, Briand se retrouve libre de ses mouvements côté droit. Il ajuste un bon centre à ras de terre pour Lisandro, qui croise sa frappe. C'est cadré, mais un peu mou pour inquiéter le portier adverse.
50e, d'un orteil : on prend les mêmes et on recommence. Briand s'échappe à droite, son centre fuyant trouve Lisandro, encore trop court, d'un orteil.
52e, Gooooooooal : Gourcuff sert Briand (dans tous les bons coups), sa frappe croisée heurte le montant et lui revient dans les pieds. Il centre alors pour, devinez qui... Lisandro, qui, en deux temps, achève le travail.
58e , coup de canon : sur corner, Gourcuff dépose littéralement le cuir, sur le pied gauche de Bastos. Reprise somptueuse de l'ancien lillois, bien détournée par Jimenez.
61e, arrêt réflexe : un coup franc détourné de Gourcuff met au supplice le gardien. Briand reprend à bout portant, mais Jimenez fait parler les réflexes...

En route pour les sommets ?


La morale de cette histoire : Lyon va mieux. Bien mieux. Pour dire les choses simplement, on a retrouvé le Lyon que l'on avait l'habitude de voir ces dernières années. Certes, Benfica a évolué à 10 pendant plus d'une mi-temps, mais même à onze contre onze, l'OL a fait montre d'un potentiel offensif assez impressionnant : plusieurs joueurs présents dans la surface pour reprendre les centres, un danger venant aussi bien de la droite que de la gauche (Briand et Bastos au top), Lisandro bien présent, Gourcuff impeccable... Le tout agrémenté d'une volonté systématique de défendre en bloc qui a permis d'annihiler très précocement les tentatives portugaises.

Lyon aurait pu finir plus fort, et s'imposer plus largement, c'est certain. Mais cette soirée confirme que les cadres de l'OL sont de retour, et que cette équipe a de l'avenir, que ce soit en championnat ou sur la scène européenne. On en redemande...
Article précédent LdC, Lyon - Benfica : ... Article suivant OL-Benfica : les notes ...