OL : une vente du club et Parker à la présidence ? Aulas répond

pourrait céder l', dans les années qui arrivent. Il verrait bien prendre sa succession dans le rôle de président.

Jean-Michel Aulas

"Des gens qui veulent racheter l'OL et être président, il y en a beaucoup plus qu'on ne l'imagine. Des investisseurs étrangers me sondent, du Moyen-Orient notamment", a révélé le patron lyonnais lors d'un entretien accordé au Figaro. Et pour lui succéder, JMA mise sur l'ancien basketteur : "Tony (Parker) coche à peu près toutes les cases. Évidemment, pour qu'il me succède, il y a deux paramètres. L'actionnariat, dont je suis le premier garant et qui représente un capital très important. Sur le côté président-manager, Tony (37 ans) a le profil. Il est plus jeune, avec une image internationale, c'est un mec bien. Je m'entends très bien avec Tony et ce sera un entrepreneur de très grand renom. Est-ce qu'il sera président d'une franchise NBA, un jour à la tête d'un club de foot ? Il faut lui poser la question. En toute honnêteté, rien n'est défini."

"En 20 ans, j'ai investi plus de 500 M€"


Le président de l'OL dresse le tableau : "Celui qui rachètera l'OL quand je devrai partir, soit parce que j'aurais gagné la Coupe d'Europe et le championnat à nouveau, ou parce que je serais appelé à d'autres fonctions, il faudra qu'il soit accompagné par un actionnaire qui l'adoubera." Il espère que les possibles acquéreurs du club feront aussi bien que lui : "En vingt ans, j'ai investi plus de 500 M€ à Lyon et aujourd'hui, c'est le jour et la nuit avec les sponsors internationaux, la reconnaissance est fantastique", a-t-il notamment ajouté.

Sportivement, le club coince pour l'instant et pointe à la 7e place du classement de , à 7 points de la 3e place. Il aura une occasion de faire taire ses détracteurs contre la Juventus, en , mercredi (21h00).
Article précédent Giroud l'indestructible... Article suivant OL : Ménès met en garde...