OM : Riolo pense qu'Eyraud a gagné la bataille politique contre Aulas

considère que l'OM a remporté la guerre politique face à l'OL, ces dernières semaines. Il pense que le lobbying marseillais a été plus efficace que celui des Lyonnais.

Jean-Michel Aulas et Jacques-Henri Eyraud

"Le foot est devenu pour le gouvernement un outil de communication. En France, il y a une relation amour - haine avec le football. En aucun cas il a été envisagé que le football puisse reprendre en même temps que les autres activités professionnelles. D'ailleurs, dans le discours d'Édouard Philippe le 28 avril, le foot était le seul sport nommé avec un ton grave. Le week-end d'avant, tout le monde a travaillé à la Ligue, avec un protocole sanitaire et un scénario de reprise au 17 juin. Mais tout a basculé à cause de plusieurs personnes. D'abord avec l'intervention de l' et de , car selon eux, les joueurs ne voulaient pas reprendre. Ensuite, le président du , , est intervenu. Il a parlé de foot à Macron, car ils sont très proches. Il lui a dit qu'une reprise du foot serait une erreur politique", a analysé le journaliste sur l'antenne de RMC.

"L'OM a des supporters bien placés autour du pouvoir"


Il croit que certains se sont dressé contre Aulas, quitte à faire passer l'intérêt collectif au second plan : "Donc voilà comment s'est décidé l'arrêt de la L1. Et là, la dernière déclaration du Premier ministre, c'est un peu la fin du combat de lobbies entre l'OM et l'OL. Et c'est qui a gagné cette guéguerre politique face à . L'OM a des supporters bien placés autour du pouvoir, d'abord le président lui-même, mais aussi des députés, ou le mari de la ministre des Sports... Aulas a tout fait jusqu'au bout. Mais aucun président ne s'est exprimé. Beaucoup d'entre eux ont voulu se payer Aulas. Mais l'intérêt collectif du football, ça aurait été d'attendre, de réétudier le dossier, et de savoir si oui ou non le foot pouvait reprendre. C'est le désordre de la décision qu'il faut dénoncer. Les gens n'ont pensé qu'à leur tronche... Quillot et Boy de la Tour sont les seuls qui ont travaillé dans l'intérêt du foot français dans cette histoire", a-t-il ajouté.

Il reste à voir si les clubs français parviendront à rester dans le coup par rapport à leurs concurrents européens, ces prochaines saisons.
Article précédent OM, Courbis : "Villas-B... Article suivant OM : la nouvelle sortie...