Le Real s'offre le Barça au bout du suspense !

n'aura donc pas perdu de finale. Le remporte la finale de la aux dépens de son rival honni le après prolongation, grâce à un coup de canon de (102e, 0-1, ap).

Cristiano Ronaldo

"Gracias Ronaldo !" Au bout d'un suspens insoutenable, le Real Madrid est finalement venu à bout du grâce à sa vedette portugaise Cristiano Ronaldo, buteur salvateur pour la Maison Blanche qui rafle là sa 18e Coupe d'Espagne, la première depuis 2004. Dans une arène de Mestalla survoltée sous fond de tension régionaliste entre Catalans et Espagnols - l'hymne étant copieusement sifflé sous les yeux du Roi Carlos -, la "Copa del Siglo", titre donné par le quotidien ibérique AS, a vu deux équipes ressemblant énormément sur le papiers à celle du Clasico de samedi dernier s'affronter où Madrilènes et Barcelonais ont chacun eu leur période.

Le Real aux poings...


Les premiers instants de la rencontre sont extrêmement tendues avec des tentatives d'intimidation de part et d'autres. Les dix premières minutes sont une vraie bataille de chiffonniers, où le beau jeu n'a pas droit de cité. Quand ce n'est pas Di Maria qui prend un tampon de Dani Alves, c'est Messi qui se fait couper par ou encore Alves qui se frictionne avec Ronaldo. Pressés haut, les Blaugrana tardent à prendre le jeu à leur compte face à des Madrilènes dont le repli défensif pose de nombreux soucis. Le "Toque" barcelonais, si poétique, n'arrive pas à se mettre en place et le Real répond pour sa part par de longs ballons à destination de Cristiano Ronaldo, seul en pointe.

L'orage passé, le Real se procure la première occasion de la rencontre via Cristiano Ronaldo, admirablement servi par . L'allemand centre au deuxième poteau mais le Portugais bute sur Busquets qui sauve sur sa ligne (11e). Madrid, mieux en place notamment dans l'entrejeu, bouscule une équipe barcelonaise qui n'arrive pas à se trouver. Dix minutes plus tard, la Maison Blanche balance une nouvelle mèche avec Özil, mais sa tentative passe à côté.

L'Allemand, décidément très en verve adresse deux superbes ballons pour Ronaldo, qui rate par deux fois la cible (30e, 36e). Le Barça souffre et est à deux doigts d'encaisser un but. Après une remise du dos de Ronaldo (!), Özil sert Pepe dans la surface, qui propulse le cuir de la tête, mais le montant sauve Pinto, battu (43e). A la pause, le FC Barcelone, bousculé, peut être heureux de ne pas rentrer au vestiaire avec un but de retard au tableau d'affichage.

Le Barça frôle le KO


Le second acte voit enfin le Barça se rebeller et , à la sortie d'un double passement de jambes sur Arbeloa, envoie un missile qui meurt dans le petit filet de Casillas (51e). Messi, fantomatique en première période, retrouve Dani Alves dans son couloir droit et c'est tout le Barça qui respire de nouveau, après avoir été asphyxié - comble pour les Blaugrana - quarante cinq minutes durant. La pression s'accentue, les ouailles de Guardiola retrouvent un peu de leur superbe, mais le cadre se dérobe toujours, à l'image d'une tentative de Messi qui s'envole dans les nuages (65e).

Barcelone croit cependant avoir fait la différence pas Pedro après un raid magnifique de Messi, mais l'ailier est logiquement signalé hors-jeu (69e). Cinq minutes plus tard, Messi puis Pedro mettent une nouvelle fois Casillas à contribution, mais le portier de la Roja sauve les siens (74e, 75e). Le Real plie, mais ne rompt pas, malgré une nouvelle occasion catalane avec Iniesta qui voit Casillas détourner la frappe en corner (80e).

Ronaldo met tout le monde d'accord


Le Real fait toutefois passer un léger frisson dans les travées de Mestalla, après une frappe magnifique de Di Maria que Pinto détourne en corner d'une sublime claquette (89e). Les deux équipes n'arrivent pas à se départager et se dirigent vers les prolongations. Et cela repart de la même façon qu'en seconde période avec un Barça ultra-dominateur, mais le Real répond par contre et Ronaldo, sur une contre-attaque supersonique, rate le cadre de peu, sa frappe étant trop croisée (98e).

La vedette merengue ne rate toutefois pas le coche cinq minutes plus tard lorsque Di Maria lui offre un centre magnifique au point de penalty, que le Portugais conclut tout aussi magnifiquement de la tête (0-1, 102e), son septième but de la compétition. Moins bien lors du second acte, le joueur au 94 millions d'euros a eu raison de persévérer et se voit là récompenser de tous ses efforts. Le Barça ne s'en remet pas et cède face à une équipe de Madrid qui sera parvenu à gérer ses temps faibles et à marquer au meilleur des moments. La double confrontation en demi-finale de la s'annonce déjà des plus épiques...
Article précédent Barça : pas de sanction... Article suivant Real Madrid-FC Barcelon...