Signé Messi !

Le a pris une belle option pour se qualifier pour la finale de la après son succès sur la pelouse du (0-2) grâce à un doublé de (76e, 87e). Les hommes de Jose Mourinho, exclu, devront se passer des services de et au retour dans une semaine.

Lionel Messi

Le football est finalement sorti vainqueur de cette énième âpre bataille que se sont livrés les deux rivaux honnis du football espagnol. Dans une atmosphère délétère minée par les gestes d'antijeu, le génie du ballon rond Lionel Messi a sauvé la mise, grâce à deux coups de grisou bien sentis. Après en , le double a donné la plus belle des réponses au Bernabéu, inscrivant au passage ses 35 et 36 buts en C1, dépassant le record de .

La rencontre débute avec une domination catalane qui, à l'inverse de la finale de la Copa del Rey où ils avaient attendu le second acte pour jouer, attaque dès le début. Le Barça lance ainsi la première flèche dangereuse avec une frappe de Villa consécutif à un bon travail de Messi. L'escarmouche du "Guaje" passe de peu à côté du but de Casillas, qui semble battu (10e). Les Blaugranas, piqués au vif, retrouvent de leur allant offensif et dominent outrageusement le premier quart d'heur de jeu, avec des Madrilènes moins en verve au niveau du pressing. Malgré une équipe du Real somme toute similaire à celles des matches précédents, les Merengues sont bousculés dans le duel, avec notamment l'apport d'un joueur comme venu muscler le milieu de .

En plus d'avoir la domination territoriale, Le FCB poursuit son travail de sape offensivement et Messi, d'une passe subtile, trouve qui bute sur un Casillas impérial (23e). Le Real, en difficulté sur le terrain, en vient aux mains pour tenter de contrer son rival honni et des mauvais gestes sont visible au Bernabéu, avec notamment un accrochage entre Arbeloa et (39e), le premier étant finalement sanctionné. La fin du premier acte est houleux et les coups - d'intox ? - pleuvent sur le carré vert. Dans le jeu, Cristiano Ronaldo se montre dangereux et envoie une mine peu avant la pause que Valdes détourne sur Özil, l'Allemand voyant également sa tentative détournée par le Catalan (43e). Les esprits s'échauffent à l'entrée des vestiaires et le portier remplaçant Pinto, au centre d'une échauffourée, est exclu.

Pepe et Mourinho voient rouge


Au retour du vestiaire, Jose Mourinho décide de faire un choix assurément offensif en remplaçant Özil, guère en vue, par le Togolais , arme supplémentaire sur coups de pied arrêtés. Mais c'est le club culé qui se montre le plus en évidence avec Messi qui réalise dans la surface un magnifique contrôle, mais voit sa tentative contrée par la défense madridista (46e). Avec l'entrée du joueur prêté par , la formation de Jose Mourinho joue plus haut et gène un Barça moins souverain.

Alors que l'atmosphère s'électrise de plus en plus, Sergio Ramos prend un carton jaune, synonyme de suspension en vue du match retour et Pepe, déjà très virulent lors de la finale de la Coupe du Roi, tamponne d'une semelle dont lui seul à le secret. Monsieur Stark n'hésite pas une seconde et prend un rouge (60e). Comme si cela ne suffisait pas, est également exclu pour des mots doux au corps arbitral. A croire que les poètes du football mondial ont laissé la place à des brutes épaisses, incapables de laisser de côté l'enjeu pour le jeu.

Messi ce génie


Heureusement, certains essayent de remettre le ballon rond au centre des débats et Villa, d'une puissante frappe, met à contribution Casillas (68e), et Pedro, à l'affût, est à deux doigts d'ouvrir la marque mais sa tête passe de peu à côté. Mais ce n'est que partie remise puisque le trouve finalement l'ouverture à un quart d'heure du terme grâce à son messie. , rentré à la place de Pedro, profite d'une glissade d'Arbeloa pour déborder et servir sur un plateau Lionel Messi, qui trompe de près San Iker (76e).

Le Ballon d'Or, très en verve remet le football en avant grâce à sa 10e réalisation en C1. La "Pulga" ne veut pas s'en arrêter là et décide d'offrir à Bernabéu et au monde du football un but qui ne peut que nous réconcilier, après une rencontre insipide. Parti du milieu de terrain, l'Argentin passe en revue toute la défense madrilène et s'en va crucifier du droit (0-2, 87e).

La fin de rencontre est une archi domination du FCB qui gère son avantage au score. Si le football a failli ne pas sortir gagnant de cette rencontre une nouvelle fois âpre où Jose Mourinho a livré un spectacle bien terne, indigne de son standing, le club blaugrana a sauvé la mise, ne quittant pas d'une semelle sa philosophie de jeu, grâce à son plus bel étendard, Lionel Messi. Battu dans la guerre des mots et des coups, le Barça sort vainqueur footballistiquement de cette première manche et là est le principal...
Article précédent Real - Barça : la compo... Article suivant Real-Barça, les notes d...