Liga, le bilan de la saison

Suite du bilan des championnats étrangers. Après l'Allemagne et l'Angleterre, place à l'Espagne. Pour la troisième saison consécutive, le a été sacré champion. Une série d'autant plus admirable que cette année, le était emmené par un certain sur le banc, et par un avide de records sur le terrain. Résultat : un duel magnifique. Ajoutez à cela la saison ratée de l', la demi-surprise de l' et un qui quitte la Primera, et vous obtenez une saison de à ne pas oublier.
Cristiano Ronaldo

La confirmation de la saison : le


Le Barça a prouvé que le recrutement du Real Madrid ne pouvait pas égaler la Masia. Pour la troisième saison consécutive, les Barcelonais ont donné à leurs ennemis de toujours une leçon de football, tout en leur démontrant que des millions dépensés dans de nouveaux joueurs et le " meilleur entraîneur du monde " ne valaient en rien un centre de formation inégalable et un autre " meilleur entraîneur du monde ". Les Catalans terminent l'exercice avec 96 points en championnat, seulement deux défaites au compteur, et une différence de buts de +74. Tout simplement phénoménal. Phénoménal comme la génération barcelonaise actuelle, qui écrase tout sur son passage, et semble bien partie pour égaler le record de la " Dream Team " blaugrana du début des années 90, qui avait remporté quatre Ligas consécutives.

La surprise de la saison : Athletic Bilbao


La surprise ne l'est qu'à moitié en réalité. Avec des internationaux espagnols champions du monde, comme l'attaquant ou le milieu de terrain notamment, on se doutait que cette équipe terminerait dans le haut du classement. Mais de là à accrocher l'Europe, avec la concurrence de formations comme , le , ou l'Atletico Madrid qui se disputent les miettes laissées par le duo Barça-Real, le pari était dur à prendre. Et pourtant, les Basques sont bien qualifiés pour la Ligue Europa, en terminant sixièmes du championnat devant l'Atletico Madrid. Le grand Llorente termine meilleur buteur du club avec 18 réalisations, soit autant que par exemple. Le souci pour une équipe comme Bilbao, c'est qu'après une saison comme celle-ci, elle risque de voir filer ses meilleurs éléments vers des clubs plus huppés. De quoi détruire tout ce qui a été bâti pour en arriver là.

La déception de la saison : Atlético Madrid


Pour une équipe qui a les moyens de l'Atletico, avec des joueurs internationaux dans les plus grands pays, comme ou notamment, finir en dehors des places européennes est toujours une déception. Quique Flores n'a pas su tirer le meilleur de son effectif, et devrait quitter le banc rojiblanco la saison prochaine. Les Madrilènes ont énormément souffert défensivement, perdant tout de même 14 matchs cette saison, beaucoup trop pour espérer jouer la . L'autre gros problème de Flores a été la gestion du cas Forlan. Très peu utilisé, surtout en fin de saison, l'Uruguayen n'a marqué que huit buts cette saison, et devrait quitter la capitale espagnole cet été. Si le " Kun " Agüero devait partir lui aussi, les Colchoneros pourraient ne pas s'en relever.

Les bides de la saison : La Corogne, , Majorque


La Liga a perdu l'un de ses membres les plus anciens. Le Deportivo La Corogne, présent parmi l'élite depuis 20 ans, jouera en deuxième division la saison prochaine. Cinq années de suite sur le podium au début des années 2000, le Depor a connu une saison catastrophique, ponctuée par une descente acquise sur son propre terrain lors de l'ultime journée. C'est à peine mieux pour Getafe, 6e l'an passé et qui a terminé la saison avec un tout petit point d'avance sur La Corogne. L'équipe de la banlieue de Madrid s'est sauvée en allant chercher le match nul sur la pelouse de la lors de la dernière journée. Saison à peu près identique pour Majorque, 5e en 2010 et qui termine comme Getafe, avec un point de plus que le premier relégable.

Le joueur de l'année : Cristiano Ronaldo


Madrid n'a pas remporté la Liga, mais Cristiano Ronaldo l'a éclaboussée de son talent. Meilleur buteur du Real et du championnat, le portugais a battu le record de buts inscrits en une seule saison, jusque-là codétenu par et Telmo Zarra, avec 38 réalisations. Mais l'ailier madrilène a fait mieux, en marquant 40 buts, ou 41 si on lui accorde un coup franc marqué contre l', qui ne lui a pas été attribué car légèrement dévié. 41e but ou pas, CR9 a une nouvelle fois démontré toute l'étendue de son talent. L'ancien Mancunien maîtrise la palette complète du footballeur, marquant aussi bien pied droit que pied gauche, de la tête ou sur coup de pied arrêté. Un véritable phénomène récompensé à titre individuel, à qui il ne manque que la victoire collective.

L'entraîneur de l'année :


L'élève est sur le point de rattraper le maître. Guardiola, disciple de , marche sur les traces du Néerlandais, en ayant remporté cette saison son troisième championnat consécutif. S'il gagne encore l'an prochain, il égalera le record de son mentor. Cette réussite, le Catalan la doit bien évidemment à une génération dorée du club, mais également à une philosophie de jeu indéboulonnable. Le Barça de Guardiola joue, joue bien et gagne. Avec une saison 2010-2011 d'autant plus méritante que Pep et ses joueurs ont dû faire face à un Real Madrid " nouveau ", emmené par un José Mourinho spécialiste dans l'art de faire déjouer ses adversaires. , lui, n'a pas déjoué.
Article précédent EdF : Blanc et le grand... Article suivant Naples : on montre les ...