L'ombre de Wenger dans les coulisses du PSG ?

Soutenu par au terme d'une saison globalement réussie avec le , sera bien à la tête de l'équipe première pour la troisième saison consécutive. Une mission qu'il devra mener dans un contexte peut-être plus tendu que d'ordinaire.

Arsène Wenger

Le PSG lui doit tant. Un exploit retentissant alors qu'il était encore joueur, avec l'élimination du en 1993 (4-1) et un renouveau sportif après de nombreuses années en dents de scie, avec notamment deux saisons marquées par le spectre de la relégation. Antoine Kombouaré, entraîneur du Paris Saint Germain depuis l'été 2009, est un homme d'honneur, au tempérament sanguin mais attaché aux valeurs humaines et profondément investi dans les missions qui lui sont confiées. Logiquement maintenu sur le banc du après une saison terminée à la 4ème place, l'entraîneur kanak devra faire mieux lors du prochain exercice. Avec des risques plus grands qu'ils n'y paraissent à l'heure actuelle, si l'on en croit Le Parisien d'hier.

L'arrivée des dirigeants qataris, avec la nouvelle situation financière plus florissante que cela implique, permet également un renforcement de l'effectif déjà talentueux mais quantitativement limité de la saison passée. Avec les signatures déjà actées de et de , auxquelles on peut ajouter le travail mené sur différents dossiers déjà maintes fois évoqués, Kombouaré, qui déplorait le manque de profondeur de son banc, aura cette fois-ci les moyens de ses ambitions. Une manière de dire que le droit à l'erreur ne lui sera pas accordé, surtout avec de nouveaux patrons avides de gloire à court terme.

Une épée de Damoclès nommée Wenger


Avec des possibilités économiques spectaculaires, les actionnaires du club de la capitale ne seront pas du genre à tergiverser. En clair ? Une pression accrue sera le lot quotidien d'Antoine Kombouaré dont le successeur idéal, toujours si l'on en croit Le Parisien, est tout trouvé en cas d'échec, et n'est autre qu'. Manager d' depuis 1996, le technicien français est très apprécié des Qataris qui louent son professionnalisme, sa connaissance du monde du football, ses compétences de meneur d'hommes et son expérience du plus haut niveau. L'intéressé, qui ne cachait pas son attirance pour le club de la capitale à condition qu'il y ait un véritable projet sportif sur la durée, est en fin de contrat en 2012 et aurait déjà commencé à discuter d'une éventuelle venue au PSG.

Fidèle à lui-même, Antoine Kombouaré devrait refuser de commenter cette information, préférant se recentrer sur la préparation d'une saison où les progrès seront obligatoires. Malgré cette décision de façade, rien ne garantit que le travail de l'homme fort parisien ne sera pas perturbé par cette rumeur étouffante, et ce en dépit du soutien majoritaire du public du Parc des Princes. Ce ne serait pas la première fois qu'une équipe partirait à la dérive en raison de l'avenir incertain de son entraîneur et de l'instabilité qui règnerait en dehors du terrain...
Article précédent Adebayor, un coup à fai... Article suivant Atlético Madrid : Forla...