Neymar est déjà une machine à fric !

Les clubs qui veulent recruter savent qu'ils devront débourser entre 40 et 45 millions d'euros pour l'emporter. Cette somme prouve que l'attaquant du FC est une poule aux oeufs d'or incontournable.
Neymar

Une pépite en or massif. Depuis déjà deux saisons, l'international brésilien est vraiment devenu une star incontournable dans son pays natal. En effet d'après le quotidien As, Neymar bénéficie à 19 ans de revenus publicitaires d'environ 6 millions d'euros nets par an... ce qui lui permet, sur ce plan, de supplanter toutes les stars qui jouent au pays de la samba ! Les gestionnaires de Santos espèrent vraiment conserver leur buteur vedette car ils récupèrent 30% sur tous ses contrats de sponsoring. Ainsi lorsque des groupes richissimes comme Red Bull, Panasonic, Nextel ou encore Baruel couvrent Neymar d'or, ils sont assurés de toucher le pactole chaque année !

Santos sait comment le garder...


Lors d'une entrevue relayée par le média Lance, le président Luis Alvaro avait recommandé à Neymar de rester encore quelques saisons à Santos ! Le joueur pourrait partir plus tard. L'an prochain, ce sera l'anniversaire du club (le 100e pour être précis, ndlr). Si on peut recruter , ... et qu'on réussit à garder , et Neymar, ce sera un bel événement, a-t-il indiqué. Sur le plan contractuel, Neymar pourrait toucher 100% de ses droits publicitaires dans deux ou trois saisons maximum. La perspective de devenir le Roi du pétrole pourrait le pousser à ne pas débarquer en Europe dans l'immédiat. Après tout, la jeunesse fait partie de ses nombreux atouts et il a largement le temps de conquérir l'Europe.

A contrario, le natif de Mogi das Cruzes n'est pas satisfait de son salaire actuel. Pour l'instant, le joyau toucherait environ 80.000 euros par mois. En Angleterre ou en Espagne, cette rémunération pourrait être multipliée facilement par quatre ou cinq ! Le récent vainqueur de la doit se poser les bonnes questions. Rester ou partir ? Son objectif est d'être gagnant à tous les niveaux : sur le plan sportif... mais aussi et surtout financier !
Article précédent Chelsea : l'avenir d'Es... Article suivant La Turquie, nouvelle te...