Débat TM - Le PSG peut-il être champion avec ses recrues ?

Le a accéléré pendant ce mercato ! Après les arrivées précoces de Douchez et de Gameiro, le club de la capitale a recruté Bisevac, Matuidi et Ménez... tandis que Sissoko et Sirigu semblent vraiment proches de débarquer. Est-ce que ce recrutement quatre étoiles peut permettre au PSG d'être sacré champion de France en 2012 ? L'avis de la rédaction.

Blaise Matuidi et Jérémy Ménez

Les favoris du championnat peuvent trembler
(Nikolas Sonigo)


Il y a bien longtemps qu'un tel mercato n'avait pas été recensé pour le club de la capitale. Conforté par les ressources financières colossales des nouveaux actionnaires majoritaires en provenance du , le PSG réalise en effet un marché de haute voltige, notamment grâce au rapatriement de joueurs endurcis à l'étranger comme et à la signature d'éléments rodés à la à savoir , , et . Un savant mélange dont le succès n'est plus à faire. En outre, la conservation des meilleurs éléments comme , et - associée au départ d'éléments plus faibles comme et - constituent l'autre facette positive du recrutement estival francilien. Déjà notables lors des dernières sorties amicales face au FC Wacker Innsbruck et à l'AS Rome, les automatismes dans le onze de départ d' ne demandent qu'à s'affiner. Enfin, l'arrivée potentielle d'une petite pépite sud-américaine fait office de cerise sur le gâteau et appuie l'étiquette de quasi-favori des Parisiens pour succéder aux Lillois sur le toit de la Ligue 1.

Le mercato ne fait pas tout en football
(Vincent Bogard)


Sur le papier, l'équipe du Paris Saint-Germain semble bien armée pour se mêler à la lutte pour le titre de champion de France. Mais en football, le simple fait de posséder de bons joueurs ne suffit pas toujours... En effet, toutes ces recrues ont très peu de temps pour trouver des automatismes et donc créer une forme d'homogénéité indispensable à la vie d'un groupe. Par ailleurs, la pression sera énorme sur les épaules des joueurs franciliens... et sur l'entraîneur Antoine Kombouaré. En cas de départ mitigé voire même manqué en Ligue 1, le spectre de la crise hantera les couloirs du Camp des Loges. Sur le plan offensif, il y a assez de munitions pour faire bonne figure en attendant l'arrivée d'un chef d'orchestre de classe mondiale (, Pastore...). Mais à l'arrière, le PSG ne peut pas s'appuyer sur des défenseurs latéraux de grande qualité. Certes Christophe Jallet a fait une saison 2010/2011 convaincante, mais que dire de ou encore de qui n'ont pas le niveau pour jouer dans la cour des grands. L'équation du problème s'annonce ardue pour le manager général qui a un peu plus d'un mois pour bonifier l'effectif qui reste fragile dans certains secteurs.
Article précédent PSG : le deuxième gardi... Article suivant Palerme : l'avantage ch...