Lille peut s'en mordre les doigts

Lille a concédé le nul face au (2-2) en fin de rencontre dans un match qui semblait complètement plié à 2-0, mercredi su Stadium de Villeneuve d'Ascq. Une déconcentration coupable qui coûte deux points au sur sa pelouse. Ce groupe B de la qui semblait largement à la portée des Dogues pourrait finalement s'avérer plus compliqué que prévu.

Moussa Sow

Après un bon début de championnat (Lille est 3e après 5 journées, à 2 points du leader Montpelliérain), le LOSC s'offre une très bonne entame de Ligue des champions. Mais cette victoire face au CSKA Moscou laisse un goût d'inachevé tant la domination des Lillois était grande pendant plus d'une heure. La formation russe fort peu inspirée s'est contentée d'évoluer en contre... et cela a suffi pour marquer. Une faiblesse du jeu lillois qu'il faudra méditer.

Cole sur le banc


Au coup d'envoi, Rudy Garcia (qui était suspendu et donc cantonné au tribunes) avait décidé d'aligner son équipe-type... de la saison dernière. en moins, bien sûr. Et une seule recrue sur la pelouse : Benoît Pedretti. Point de donc, dans le onze de départ. L'entraîneur lillois a préféré un collectif huilé lors de la saison du titre avec à gauche et à droite en soutien de , seul en pointe, dans un 4-3-3 des plus classiques.

Côté moscovite, un 4-4-2 très prudent avec deux hommes chargés de mener les contre attaques : Doumbia et .

Une heure de jeu de domination écrasante...


Le début de rencontre est totalement à l'avantage des Lillois qui jouent très haut et monopolisent le ballon "à la barcelonaise". Une tactique d'autant plus simple à mettre en place que le CSKA accepte complètement de subir le jeu, se contentant de procéder par contre. Sow se crée rapidement deux très grosses occasions. D'abord à la 19e minute sur un bon lancement de Pedretti dans la profondeur, puis quelques instants plus tard sur un centre mal négocié. Balmont parvient également à frapper au but mais en bout de course, un tir qui n'inquiète pas Gabulov, le portier de Moscou.

La domination des Dogues porte ses fruits juste avant la pause. Sur une enième poussée offensive, ils obtiennent un corner que Pedretti se charge de frapper. Coup de billard dans la surface. Obraniak remet instantanément à Sow qui réalise une "Madjer" réflexe. Lille mène 1-0.

Au retour des vestiaires, la domination Lilloise se poursuit. Une seule occasion à se mettre sous la dent côté moscovite, à la 54e minute, sur un contre ultra rapide mené par Vagner Love. La frappe de Tosic trouve le montant droit de Landreau. Pas de panique d'autant que la minute suivante, Pedretti inscrit le deuxième but Lillois. A ce moment du match, on ne voit pas ce qui peut arriver aux Lillois ce soir...

... et 20 dernières minutes catastrophiques


Et l'improbable se produit. Sans accélérer le jeu, Moscou parvient à revenir dans ce match. C'est Doumbia qui réduit la marque à la surprise générale (71e). Puis, à la dernière minute d'un match que les Lillois terminent avec fébrilité, Doumbia, encore lui, réussit son une-deux avec Dzagoev... et réalise le doublé !

Coupable déconcentration des Lillois, qui non seulement avaient de nombreuses occasions de tuer ce match... mais en plus avaient fait le break ! Il s'agit bel et bien de deux points de perdus dans ce groupe B... dans lequel Trabzonspor s'est imposé sur la pelouse de l' (0-1) ! Un résultat qui complique sérieusement l'équation des Lillois pour la qualification...
Article précédent LdC : le onze lillois Article suivant Lille - Moscou : les no...