Gasperini jouera très gros contre l'AS Rome

Le week-end en Italie s'annonce chaud bouillant ! En effet, pas moins de quatre affiches rythmeront la 3e journée du Calcio... mais c'est bien le match -AS Rome qui risque vraiment d'être très tendu.
Gian Piero Gasperini
Gasperini joue très gros dans la "Ville éternelle". Aucune victoire depuis le coup d'envoi de la saison. Le constat est terrible pour l'équipe de l'Inter Milan. Mercredi soir dernier, les Nerazzurri ont subi une défaite inquiétante contre Trabzonspor (0-1). Certains disent que le club lombard est tombé sur un gardien de but Tolga Zengin en état de grâce... mais cette explication ne suffit pas à expliquer ce revers en contre la formation turque. Pour comprendre cet énième fiasco, il faut remonter au début de la préparation estivale. Là où finalement chaque entraîneur essaie d'imposer sa marque de fabrique au niveau du style de jeu et surtout de l'aspect tactique. Après avoir signé son contrat d'un an à l'Inter Milan, l'entraîneur a clairement voulu mettre en place un dispositif en 3-4-3 malléable au fil du match mais rien n'a fonctionné comme prévu.

Les défaites contre le (2-1, Supercoupe d'Italie) et face à (4-3) ont montré les failles de son schéma avec une défense clairement désorientée par ce choix stratégique. A la suite du revers contre l'équipe sicilienne le week-end dernier, le technicien avait préféré pointer du doigt les errements de ses joueurs plutôt que de remettre en cause ses choix. "Ce n'est pas la question d'une défense ou d'une autre, c'est un manque de concentration, nous avons commis des erreurs évidentes. Incontestablement, prendre des contre-attaques sur des coups de pieds arrêtés en notre faveur, c'est un manque d'attention. Sur nos relances, on a aussi pris des contres, ce sont des erreurs inacceptables, qu'il faut améliorer. Il faut plus de concentration. L'équipe a aussi montré son potentiel ce soir, il faut juste trouver un meilleur équilibre", avait-il analysé.

Trouver la bonne formule rapidement


De son côté, le président n'a pas tenu le même discours par le biais des médias italiens. Il a recommandé à Gian Piero Gasperini de "trouver des solutions" afin de relancer la formation intériste. Surtout, le patron du club lombard a demandé implicitement à l'ancien coach du et de de changer son fusil d'épaule sur le plan tactique. L'entraîneur a bien compris le message puisque contre Trabzonspor il a remis au goût du jour un 4-3-3 plus traditionnel avec un quatuor défensif : --Ranocchia-Nagatomo qui n'avait pas d'automatismes ou presque. Les tifosi se rassurent en se disant qu'ils peuvent compter sur le métronome qui est déjà un élément clef dans cette équipe de l'Inter Milan cuvée 2011/2012. Idem en ce qui concerne les quatre attaquants phares de l'effectif (Forlan, Milito, Pazzini et Zarate) qui offrent beaucoup d'alternatives à Gian Piero Gasperini au moment de faire des choix... mais qui ne peuvent pas être alignés en même temps sur le terrain.

En résumé, la recette lombarde est encore loin d'être savoureuse et le rendez-vous crucial contre les Giallorossi pourrait coûter cher à l'entraîneur intériste en cas d'échec. Des noms circulent déjà dans la presse transalpine pour le remplacer (, ...). Remarquez, son homologue romain est également sur la sellette après des résultats indigents (élimination par le Slovan Bratislava à l'occasion du tour préliminaire de l', défaite contre 1-2 à domicile lors de la seconde journée de ). Qui sortira vainqueur de ce duel et qui ira chercher son cierge à la basilique Saint-Pierre ? C'est tout l'enjeu de cette rencontre primordiale...
Article précédent AS Rome : Enrique se se... Article suivant AS Rome : Luis Enrique ...