L'heure du bilan pour les Bleus

L'équipe de France a clôturé sa semaine de matches amicaux par une victoire aux dépens des Etats-Unis (1-0) et un match nul des plus ennuyeux face à la Belgique (0-0). Si la défense à tenu le choc, l'animation offensive reste encore un des gros chantiers de , quelque soit le système tactique mis en place. Focus.

Laurent Blanc

La défense tient la route


En dépit de nombreux changements entre les deux matches, la défense des Bleus s'est montrée imperméable face aux Etats-Unis et à la Belgique qui, certes, ne possèdent pas des foudres de guerre aux avant-postes. , intransigeant lors deux rencontres, surtout face aux Belges avec une double parade salvatrice, , ou encore ont notamment marqué des points pour les Bleus. Si l'arrière-garde n'a pas pris de gros risques, hormis des relances hasardeuses de Rami dans l'axe pour un Lloris obligé de dégager à la hâte, Laurent Blanc peut se satisfaire de ce point-ci en dépit des absences d'Evra, Sagna, et Mexès.

L'attaque se cherche encore


Les chiffres parlent plus que les mots. Un seul but lors des deux rencontres, l'oeuvre du Marseillais Loïc Rémy face aux Etats-Unis, dix-sept frappes dont seulement sept cadrées. Et le constat face à la Belgique, certes bien regroupée défensivement, et plus accablant avec seulement dix tentatives pour seulement quatre dans le cadre de . Pas étonnant que le sélectionneur national Laurent Blanc se soit "ennuyé"... La raison ? Une animation offensive en grande difficulté, les joueurs ne parvenant pas à se trouver sur le terrain. Dans le 4-4-2, a par exemple été tout bonnement inexistant tandis que a dû beaucoup dézoné pour récupérer le cuir à 30 mètres du but. Sur les côtés, Frank Ribéry et Jérémy Menez n'ont pas été assez percutants dans cette configuration. S'il y a eu du léger mieux avec le passage au 4-2-3-1, la France tâtonne devant surtout quand Karim Benzema n'est pas à son top.

Le 4-3-3 plus efficace ?


Durant ces deux rencontres, Laurent Blanc a essayé un nouveau système tactique avec un 4-4-2 à plat face aux Etats-Unis qui s'est révélé être un véritable fiasco. Equipe coupée en deux avec M'Vila et Diarra, seuls au milieu, qui n'arrivaient pas à relancer verticalement dans l'entrejeu, une attaque qui ne parvenait pas à se mettre en valeur et des joueurs de côté inexistants. Lors du passage au traditionnel 4-2-3-1 avec les entrées de Martin et Rémy, un léger mieux s'est fait ressentir avec notamment le but du second sur la passe du premier. Mais ce ne fut que l'arbre qui cacha la forêt. Dans la même configuration face aux Belges, les Bleus ont rendu une pâle copie malgré "l'équipe-type" ou presque alignée aux avant-postes. Si la fin du match a vu le 4-2-3-1 se muer en 4-3-3 - les deux dispositions sont les mêmes peu ou prou -, la France a encore du boulot. Car, ici, il n'est pas question d'un problème tactique mais d'animation. Les Bleus auront encore quelques matches amicaux pour travailler tout cela...
Article précédent EdF : Blanc "adore" ... Article suivant EdF : Blanc veut contin...

► Le zap foot de la semaine !


Commenter

Retrouvez les derniers commentaires postés sur notre site en cliquant simplement sur le nom "Top Mercato" ci-dessous ▼