Les cinq recrues les moins rentables à l'étranger

Parfois, les clubs étrangers misent des sommes folles sur des joueurs. Mais l'argent ne fait pas tout. Un élément peut avoir du talent à revendre et ne pas réussir à s'imposer pour des raisons diverses au sein de sa nouvelle écurie.

David De Gea, Samir Nasri et Ricardo Alvarez

1er : (21 ans, gardien de but de )


Montant du transfert : 20 millions d'euros

En seulement deux saisons passées au sein de l'équipe première de l', David De Gea a réussi à prouver qu'il est l'un des plus grands espoirs du football espagnol. L'été dernier, le gardien de but a choisi de rejoindre Manchester United. Après avoir longtemps tergiversé pour trouver le successeur de la légende , a choisi de miser sur le portier ibérique. Pour le moment, force est de constater que David De Gea est loin de faire l'unanimité à Old Trafford. En effet, son concurrent danois ne lâche rien afin d'être titulaire le plus longtemps possible. Ce dernier n'a encaissé qu'un but cette saison, contre le en et donc David De Gea a énormément de mal à démontrer qu'il est le numéro un indiscutable à Manchester United.

2ème : (24 ans, milieu de terrain de )


Montant du transfert : 28 millions d'euros

Trois saisons à et puis s'en va... Au cours du dernier mercato estival, Samir Nasri a estimé qu'il était temps pour lui de découvrir un autre club anglais et donc de tourner le dos aux Gunners pour des raisons diverses (lassitude de ne remporter aucun titre, volonté d'obtenir un salaire plus conséquent...). Après avoir fait de bons débuts à Manchester City, le milieu de terrain a clairement perdu le fil même s'il a fait, en parallèle, des prestations convaincantes en équipe de France. Pour sa part, le manager des Citizens prie pour que l'international tricolore revienne très rapidement afin qu'il justifie le prix de son transfert (environ 28 millions d'euros). Le joueur formé à l'Olympique de doit prouver à l'Italien qu'il ne pourra pas se passer de lui lors de la seconde partie de saison. S'il n'y arrive pas, Samir Nasri pourrait manquer le train pour l'...

3ème : Le duo Lamela/ (19-21 ans, milieu offensif et attaquant de l'AS Rome)


Montant des transferts pour les deux joueurs : 27 millions d'euros

L'été dernier, les dirigeants de l'AS Rome n'ont pas hésité à débourser environ 27 millions d'euros afin de recruter (15 millions) et Bojan (12 millions). Le premier qui évolue au poste de milieu offensif avait démontré de belles choses à River Plate. A 19 ans, il incarne sans doute l'avenir du football argentin. Le second est bien plus connu puisqu'il a joué au pendant plusieurs années. A défaut de réussi à devenir titulaire chez les Blaugrana, l'Espagnol a décidé de prendre le large et de s'exiler en . Malheureusement, ces deux footballeurs talentueux n'ont pas encore réussi à s'imposer significativement chez les Giallorossi. Les exigences du football italien ne s'apprennent pas en un jour et ce n'est pas le duo Bojan/Lamela qui dira le contraire ! Ces footballeurs encore très jeunes nous doivent une belle revanche l'année prochaine.

4ème : (23 ans, milieu offensif de l')


Montant du transfert : 12 millions d'euros

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les décideurs de l'Inter Milan ont attendu plusieurs mois avant de recruter Ricardo Alvarez. En effet, les Nerazzurri l'ont laissé progresser tranquillement à Velez Sarsfield avant de valider son transfert l'été dernier. Malheureusement, le diamant argentin tarde à briller en Italie. Le nouvel entraîneur du club lombard, , croit en lui puisqu'il le convoque souvent pour les matches. Mais le technicien transalpin ne le considère pas encore comme un élément essentiel et il attend bien mieux de sa part en 2012. Après tout, Ricardo Alvarez dispute seulement sa première saison en Europe et il a peut-être besoin d'encore un peu de temps avant de mettre à profit ses multiples talents.

5ème : (27 ans, défenseur central d'Arsenal)


Montant du transfert : 11,3 millions d'euros

Ces dernières années, le manager d'Arsenal a longtemps cherché un leader capable de stabiliser sa défense et d'être une tour de contrôle quasiment infranchissable. Le coach des Gunners a finalement choisi se miser sur Per Mertesacker qu'il suivait depuis belle lurette. Mais l'ancien joueur du Werder Brême a du mal à s'adapter au style de jeu pratiqué en Angleterre. Sa lenteur relative et ses erreurs parfois synonymes de but encaissé ont coûté cher à l'équipe londonienne. Néanmoins, il convient de laisser une chance à Per Mertesacker qui n'a sans doute pas dit son dernier mot. Et si 2012 était sa grande année en après avoir réussi à devenir une référence en entre 2003 et 2011 ?
Article précédent OM : des discussions po... Article suivant Bilan à la mi-saison de...