Pourquoi le FC Barcelone va-t-il perdre la Liga

En s'inclinant sur la pelouse de la modeste formation de l'Osasuna Pampelune (3-2) lors de la 23e journée de , le a très certainement tiré un trait définitif sur le titre, le ayant sept points d'avance avec un match à jouer encore dimanche, contre Levante. Focus sur les raisons qui feront du Barça le dauphin du Real, après trois années d'hégémonie.

Josep Guardiola

Des résultats à l'extérieur très décevants


De l'aveu-même de , le n'a pas, cette saison, le parcours d'un "champion" loin de sa Catalogne natale, et la dernière défaite en date contre Osasuna (3-2) stigmatise un peu plus le mal du pays des Catalans, qui voyagent extrêmement mal. Quand le Real Madrid peut se targuer d'avoir gagné 9 matches sur onze loin de ses bases, le Barça n'en a remporté que 4, pour 5 nuls et 2 défaites. Les Madrilènes devancent ainsi les Blaugrana de 11 points au classement extrérieur. Pur coïncidence ou non, le Barça pourrait se retrouver à... dix points en cas de victorie du Real contre Levante dimanche.

Un effectif trop réduit


Les blessures à répétition de joueurs plus ou moins importants, on pense notamment à Afellay sur le flanc pour une bonne partie de la saison, Villa qui ne rejouera plus, ou encore , Iniesta et qui enchainent les petits pépins, font qu'au final Josep Guardiola s'est souvent retrouvé avec un groupe amoindri. Obligé de lancer de jeunes pousses comme Tello, Dos ou Cuenca, l'entraîneur catalan manque indéniablement de profondeur de banc et cela coûte cher. Même si la relève semble déjà assurée, elle n'est pas encore prête à tenir le coup dans la durée lorsqu'un des cadres se blesse.

Des schémas tactiques trop ambitieux?


S'il est tout à l'honneur de Josep Guardiola de tenter des schémas tactiques innovants, comme le fameux 3-4-3, cette ambition sur le tableau noir ne se conclut pas forcément de la meilleure des manières sur le pré. On pense notamment au match à (2-2) où la défense à 3 avait souffert le martyr. Alors que le Barça devrait bétonner même si cela ne fait pas du tout partie de sa philosophie, il cherche toujours à jouer en prenant des risques. Parfois, cela passe, avec brio, mais, fait nouveau, cela casse aussi par moment cette saison. Où quand l'entraîneur est prêt à mourir pour ses idées...

Un Real Madrid plus constant


Si le FC Barcelone se retrouve à sept - et certainement dix ce dimanche - points du Real Madrid, c'est aussi, et surtout, la faute au Real Madrid. La formation merengue, tel une horloge , joue sa partition avec une efficacité et une régularité incroyable. Restant sur huit victoires consécutives à l'extérieur, la "Mou Team" ne laisse pas échapper de points face aux formations plus modestes. Et avec un effectif pléthorique qui permet de faire souffler la plupart des joueurs sans que le collectif n'en ressente les répercussions, il est d'autant plus logique de voir la Casa Blanca mener les débats avec un tel écart. Les Catalans n'auront certainement cette saison que le Clasico pour se consoler, encore que...
Article précédent Le Barça offre la Liga ... Article suivant Barça : Guardiola et "l...

► Le zap foot de la semaine !


Commenter

Retrouvez les derniers commentaires postés sur notre site en cliquant simplement sur le nom "Top Mercato" ci-dessous ▼