Paris au bout du suspense à Dijon

Le Paris Saint-Germain est parvenu à l'emporter à Dijon ce dimanche (1-2), malgré l'exclusion de Sissoko dès la première période. Le club de la capitale n'a pris l'avantage que dans les arrêts de jeu de la partie, prenant à défaut des Bourguignons trop gourmands. Dans le même temps, Rennes et Auxerre ont fait match nul 1-1.

Paris s'est sorti d'un bien mauvais pas à Dijon ce dimanche. Réduit à dix dès la première période de la rencontre, et encore tenu en échec au début des arrêts de jeu, le Paris Saint-Germain n'a rien lâché pour aller décrocher les trois points en toute fin de partie. Particulièrement dominateur dans les 45 premières minutes, le club de la capitale offre un visage séduisant sur la pelouse du DFCO, mais ne parvient pas à trouver le chemin des filets avant le repos. Au contraire, sur un vilain geste pour récupérer un ballon, le milieu de terrain défensif Momo Sissoko est exclu (41e) et laisse ses partenaires en infériorité numérique pour près de 50 minutes. En rentrant aux vestiaires, le leader du championnat peut craindre une deuxième mi-temps bien plus accrochée, et s'en vouloir d'avoir manqué ses occasions.

Au retour sur la pelouse, alors qu'il a perdu un milieu défensif, décide de ne pas effectuer de changement, et demande simplement à de reculer d'un cran. L'Argentin s'exécute et c'est lui qui est à l'origine de l'ouverture du score parisienne. La rencontre à peine redémarrée, le meneur de jeu lance en profondeur sur le côté gauche, et l'avant-centre, qui glisse après son contrôle, est en réussite puisque le ballon rebondit sur Zarour et lui revient dans les pieds, lui permettant de déborder le défenseur et de rentrer dans la surface pour servir , finisseur dans une position très surprenante entre le point de penalty et le second poteau, pour lui qui occupe le poste de latéral gauche (49e).

Un contre fatal pour des Dijonnais trop gourmands


A dix contre onze, Paris gère malgré tout plutôt bien, bien que loin de sa domination du premier acte, jusqu'à un dernier quart d'heure de jeu de folie. A la 76e minute, Dijon profite d'un corner, l'une des armes fatales face au , pour égaliser et relancer la partie. Au premier poteau, Corgnet dévie jusqu'à Paulle au deuxième, qui crucifie un jusque-là impeccable d'une reprise de volée. Les Bourguignons, en pleine confiance, multiplient alors les assauts, et le club de la capitale n'est pas très loin de craquer à nouveau. Mais la volonté des joueurs de de l'emporter va finalement se retourner contre eux, puisque trop gourmands dans leur montée aux avant-postes, les Dijonnais laissent le PSG filer en contre à la 91e minute. Absolument seuls, Ménez balle au pied et le rentrant Gameiro foncent jusqu'à la surface de réparation de Reynet, où l'ancien joueur de la Roma sert l'ex-Lorientais, qui trompe le portier adverse plein de sang froid.

Paris s'est fait peur, n'était vraiment pas loin de laisser échapper deux points qui auraient pu permettre à de récupérer le fauteuil de leader de la , mais a tenu le choc face à de très vaillants Dijonnais, dont on ne peut que saluer l'envie. Le PSG est assuré de rester premier du championnat à l'issue de cette 27e journée.
Article précédent PSG : Hoarau ne veut pa... Article suivant Suarez fait un pas en d...