Berlusconi explique son refus pour Thiago Silva

Alors que l'affaire semblait bien engagée, le président du a refusé de vendre au Paris Saint-Germain. Le dirigeant du club lombard a tenu à donner sa version des faits au sujet de ce transfert avorté.
Thiago Silva
Une proposition vraiment alléchante. Silvio Berlusconi aurait pu céder Thiago Silva au afin de renflouer les caisses. Le grand patron du Milan AC a répété régulièrement que les comptes sont dans le rouge et qu'il a besoin de liquidités afin d'éviter le pire. Malgré cela, l'ancien chef du gouvernement italien a refusé une coquette somme afin de garder le défenseur central brésilien conformément au souhait des tifosi. "Ils nous ont fait une proposition très intéressante d'environ 46 millions d'euros. Nous avons tout de suite annoncé qu'il n'y aurait pas de suite une décision irrévocable. Je ne crois pas que les dirigeants du PSG vont critiquer notre attitude car nous avons toujours été clairs", a confié Silvio Berlusconi sur la chaîne Sport Italia.

Lui et la cellule de recrutement des Rossoneri ont visiblement essayé de dénicher un remplaçant de qualité mais sans succès. "Nous avons jeté un oeil sur les défenseurs centraux qui pouvaient éventuellement remplacer Thiago Silva. Mais nous n'avons pas trouvé le joueur idéal." Du coup, l'homme d'affaires a décidé de recaler les décideurs du PSG au sujet du footballeur âgé de 27 ans qui a fait 37 apparitions la saison passée et inscrit 3 buts. "Le vieux coeur rossonero de Silvio Berlusconi a décidé de refuser cette offre même s'il est naturel de réfléchir lorsque l'argent frappe à votre porte."

Thiago Silva va devoir oublier


Désormais, la question est de savoir si Thiago Silva va digérer facilement cet épisode alors qu'il avait visiblement trouvé un accord sur le plan salarial avec les gestionnaires du PSG. Une chose est sûre en tout cas, les Rossoneri pourraient regretter de ne pas l'avoir vendu contre une indemnité de transfert conséquente d'environ 46 millions d'euros. A part quelques clubs en Europe, personne n'osera miser une telle somme pour un footballeur. La crise est passée par là pour la majorité des écuries françaises mais aussi étrangères...
Article précédent PSG : la fin des illusi... Article suivant Nicosie : un ex-Parisie...