Quand Cabaye désarme sur l'ambiance du groupe France !

Deux jours après l'élimination de l'équipe de France face à l'Espagne (0-2) en quarts de finale de l', a démenti les bruits faisant état de problèmes internes au sein du groupe. Invité sur RMC, le milieu de terrain de a aussi évoqué le cas Nasri.

Yohan Cabaye

De l'extérieur, l'ambiance ne respirait pas la bonne humeur, d'autant plus que les deux dernières sorties des hommes de , d'abord contre la puis face à la Roja pour deux défaites sur un score identique (0-2), ont interrogé sur le niveau réel des Bleus. Mais pour Yohan Cabaye, convié à évoquer lundi sur RMC le parcours de la France en Pologne et en , tout est allé pour le mieux, même si "c'est compliqué de vivre avec tout le monde parce que chacun a son caractère et ses idées."

"Il y avait une bonne ambiance dans l'équipe. Rien de ce qui peut se dire à côté ne s'est passé. Je ne sais pas d'où ça sort et pourquoi les gens ont envie de raconter ça. Ça fait partie du truc. Mais il ne s'est vraiment rien passé." Pourtant, l'ancien joueur du Losc n'a pas caché sa déception au moment de faire le bilan : "Tout le groupe avait l'ambition d'aller plus loin dans cette compétition." Frustration collective certes, mais satisfaction plus personnelle d'avoir fait partie de l'aventure. "Ça a été positif. J'ai réussi à marquer mon premier but (face à l'Ukraine, ndlr) en sélection et à faire de bons matches. L'équipe nationale, c'est très important. On joue pour son pays. C'est important de tout donner. J'espérais pouvoir jouer un maximum. Toute la saison, je m'étais préparé pour cette compétition."

Mais ce sont surtout les propos déplacés de à l'encontre d'un reporter de l'AFP, samedi soir en zone mixte quelques minutes après la défaite contre l'Espagne, qui furent au coeur de la discussion : "Je comprends que les gens puissent être choqués parce qu'on représente le pays, a t-il indiqué. On joue aussi pour 60 millions de Français. C'est important de montrer une image positive. Le moindre pas de travers peut prendre d'énormes proportions. Il faut être bien dans sa tête et dans son comportement."
Article précédent EdF : rien de grave pou... Article suivant Newcastle, Cabaye : "Ga...