La dernière chance de Régis Brouard ?

Lanterne rouge au classement, s'attend à vivre une partie difficile sur la pelouse de Dijon, lundi à 20h30 en match de clôture de la 8e journée de . Considéré en début de saison comme un candidat à la montée, le club auvergnat est dans le dur à l'image de son entraîneur . Arrivé cet été en provenance de Quevilly, il pourrait ne pas résister à une nouvelle défaite.

Régis Brouard

Pour Clermont, les saisons se suivent... mais ne se ressemblent pas. L'année dernière, la formation auvergnate a cru jusqu'au bout à la montée en . Si la déception d'une cinquième place finale est légitime, Clermont était encore considéré comme un sérieux favori au podium à l'aube de l'exercice 2012-2013. Sauf que sept matches plus tard, force est de constater que le contexte n'est plus le même. Avec une seule victoire au compteur pour deux matches nuls et surtout quatre revers, dont trois lors des quatre dernières journées, Clermont occupe la 20e place avec cinq petits points avant un déplacement... à Dijon, troisième.

Un clash avec Rivière


Début juin, en officialisant la venue de Régis Brouard en lieu et place de , les dirigeants clermontois souhaitaient voir l'homme de 45 ans réussir autant qu'avec l'US Quevilly (2008-2012), finaliste de la dernière . Mais un monde sépare le National et la Ligue 2 et Régis Brouard en a bien conscience. "Il est vrai qu'on ne s'attendait pas à un début de saison aussi compliqué. En arrivant ici, j'ai changé beaucoup de choses, que ce soit dans le mode de travail ou dans la réflexion générale sur le projet de jeu, a-t-il reconnu auprès du Bien Public. L'an dernier, tout était très axé sur l'impact et le duel. Aujourd'hui, on essaye d'insister sur le mouvement et le déplacement. Seulement, cela prend du temps."

Problème, le temps manque cruellement et le groupe n'a pas l'air totalement soudé derrière lui. Un symbole ? Auteur de 11 buts l'année dernière, , 35 ans, a été écarté par Régis Brouard, l'attaquant tricolore n'ayant apparemment pas apprécié les remontrances verbales de son entraîneur à la mi-temps du match perdu contre Sedan (0-2). "Je connais le monde du football. Je ne suis pas maso non plus. Je sais très bien qu'on ne va pas pouvoir continuer ainsi pendant des mois et des mois", a d'ailleurs lâché le technicien auvergnat, signe d'un contexte de plus en plus pesant. Alors, Régis Brouard pourra-t-il se relever d'une nouvelle défaite lundi soir en Bourgogne ? "Je ne vais pas virer un entraîneur après cinq journées", a pourtant affirmé son président . Le doute est pourtant permis.
Article précédent Clermont, Brouard : "Il... Article suivant Clermont : Brouard sur ...