Barton balance sur le dopage dans le football

Le milieu de l'Olympique de , , s'est lâché sur son site officiel au sujet du dopage dans le sport et dans le football en particulier et soulève nombre de questions. Extraits.

Joey Barton

"Il y a des produits dopants, suffit de regarder"


"Quid de l'usage de produits dopants dans le football ? (...) Il y en a, il suffit de regarder. Par exemple, vous êtes-vous déjà demandé comment certains des meilleurs joueurs de avaient pu jouer à un si haut niveau si longtemps ? Il y a un tas de joueurs au sommet qui approchent (ou approchaient lorsqu'ils jouaient encore) les 40 ans et courent encore comme des jeunes de 30 ans, jouant jusqu'à 80 matches par saison ! Personne, moi le premier, ne peut dire que le club ou les joueurs utilisent des produits dopants interdits, mais on en est en droit de se poser la question, n'êtes-vous pas d'accord ? Après tout, c'est en Italie qu'il y a eu, outre et , les actes présumés de Couto, et , bien que ce dernier ait été innocenté : tous ont été contrôlés positifs à la nandrolone, un stéroïde", se rappelle l'ancien joueur des Queens Park Rangers sur son site officiel. Et ce dernier en dit un peu plus sur les pratiques présumées dans le football.

"Des injections de vitamines"


Pour illustrer son propos, le fantasque anglais rapporte un échange qu'il a eu avec un ancien joueur des Three Lions sans dévoiler son identité. "Un international anglais m'a parlé des injections de vitamines qu'on administrait à l'équipe d'Angleterre durant la 1998. Il en a pris avant le match des huitièmes de finale contre l' et dit avoir eu l'impression qu'il ne serait jamais fatigué. De la vitamine C ? Je ne dis pas qu'il y a eu de la triche, mais je pense vraiment qu'il est important d'en parler. Là où il y a beaucoup d'argent, les gens vont tordre les règles, les manipuler ou simplement les violer par pure avidité (...)", s'emporte Barton.

"Jamais subi de contrôle capillaire"


En réaction à l'affaire Armstrong, le milieu de terrain anglais de l'Olympique de Marseille s'interroge sur l'efficacité des contrôles effectués dans le football. "Durant mon expérience personnelle des contrôles antidopage, en tant que sportif professionnel, on m'a seulement prélevé des échantillons d'urine. Cela me semble bizarre après avoir pris en compte les procédures en cours dans le cyclisme où ils prélèvent fréquemment le sang des athlètes. Parfois, ils le conservent pendant des années. On ne m'a jamais pris de sang durant toute ma carrière ! (...) En plus, je n'ai jamais subi de contrôle capillaire. Je ne connaissais même pas cette procédure avant d'écrire ce texte, et, excusez-moi si je me trompe, mais n'est-ce pas les cheveux qui conservent le mieux les substances ?", conclut Barton. Un texte et des anecdotes qui devraient susciter un vif débat dans les heures et les jours à venir.
Article précédent OM, Cheyrou : "On peut ... Article suivant OM : Barton trop violen...