Trois autres affiches aux parfums variés en C1

On peut dire sans trop s'avancer que le duel PSG-FC Barcelone est l'une des très belles affiches des quarts de finale de la (aller : 2 et 3 avril, retour : 9 et 10 avril). Mais le tirage au sort effectué ce vendredi à Nyon () nous a aussi réservé trois autres duels plus que séduisants.

José Mourinho

-Dortmund, un bras de fer équilibré ? Au début de la saison, rares sont les observateurs qui auraient parié sur le fait que les Boquerones arriveraient à se hisser en quarts de finale de la Ligue des champions. Pourtant, force est de constater que les hommes de ont fait forte impression en C1. Dans un Groupe C vraiment relevé (Milan, Zénith et ), les Espagnols ont réussi à prendre la première place sans perdre une rencontre (12 points : 3 victoires, 3 nuls) en proposant un spectacle réjouissant (12 buts inscrits soit 2 en moyenne par match). En 8es de finale, ils ont réussi à sortir Porto (défaite 1-0 à l'aller, victoire 2-0 au retour) et ils figurent pour la première fois en quarts de finale. Sans aucune pression, Malaga va tenter de s'offrir le scalp d'un autre grand d'Europe !

Dans le Groupe D "de la mort", comme on l'a surnommé après le tirage à l'époque, Dortmund a fait mieux que se défendre. Opposé au , à l' et à (excusez du peu !), le Borussia a obtenu la première place (14 points) sans perdre une seule rencontre (4 victoires, 2 nuls). A l'image des Boquerones, les hommes de ont souvent tenté de mettre en place un style de football attrayant (11 buts, 5 encaissés) et il est franchement logique qu'ils fassent partie du " Top 8 " européen. En 8e de finale, ils se sont débarrassés avec une maîtrise déconcertante du (2-2 à l'aller, succès 3-0 au retour). Les fans du Westfalenstadion rêvent d'un second sacre continental suprême après celui de 1997. et consorts en sont conscients et nul doute qu'ils feront le maximum afin d'écarter de leur chemin Malaga.

Real Madrid-, le tirage parfait pour les Merengue ? Avant le tirage au sort des quarts de finale de la Ligue des champions, les dirigeants et les joueurs de la Casa Blanca auraient certainement signé de suite si on leur avait proposé d'affronter Galatasaray. Après avoir mené le bal au sein du Groupe D avec Dortmund (2e place, 11 points), les Merengue - qui rêvent d'un dixième sacre européen -ont dû s'employer afin d'éliminer en 8es de finale. Après le résultat nul à Santiago Bernabeu (1-1), et ses partenaires ont réussi à gagner difficilement à Old Trafford (l'expulsion de a eu une incidence notable, il faut le dire, ndlr) et à valider leur ticket pour ces quarts de finale (1-2). L'entraîneur qui rêve de remporter pour la troisième fois de sa carrière, après 2004 (Porto) et 2010 (), la Ligue des champions ne va certainement pas sous-estimer Galatasaray... et on ne peut que lui donner raison.

En effet, les Turcs ont le couteau entre les dents depuis le début de la C1. Après avoir réussi à sortir indemnes du Groupe H (2ème place, 10 points) après avoir dû lutter jusqu'au bout avec les Roumains de Cluj, les joueurs de Galatasaray se sont offert le scalp de en 8es de finale (aller : 1-1, retour : 2-3). Bien évidemment, les arrivées de et ont considérablement changé la physionomie de l'équipe basée à Istanbul. Le Néerlandais et l'Ivoirien sont habitués à ces joutes européennes et ils sont vraiment capables de bousculer le Real. Bien évidemment, les deux hommes vont savourer les retrouvailles avec le "Special One" qu'ils ont connu respectivement à l'Inter Milan et à dans le passé. Vainqueur de la Ligue des champions la saison passée, Didier Drogba n'est plus qu'à quelques marches d'un doublé qui serait, pour lui, une consécration après un exil décevant à Shanghai Shenhua (Chine).

Bayern-Juventus la grosse artillerie. Si tout se goupille bien pour ces deux clubs, ils devraient remporter un nouveau titre de champion d'Allemagne et un de champion d'Italie. Pour ce qui est de leur confrontation directe, on peut dire qu'il est très difficile de dire qui a le statut de favori avant ce bras de fer qui s'annonce terriblement excitant. Les Allemands sont peut-être un peu "désavantagés" puisqu'ils disputeront le match retour de l'autre côté des Alpes. Mais , et consorts ne peuvent pas brandir cette excuse car, de toute manière, la Vieille Dame est une escouade redoutable. Oubliée la chute en Serie B il y a quelques années, les tifosi ont retrouvé le sourire puisque le soleil est revenu dans le Piémont avec à la baguette un coach nommé . Et dire que l'attaquant de l', , va venir renforcer son effectif l'été prochain...

Après avoir dominé le Celtic sans problèmes en 8es de finale (succès 0-3 à l'aller et 2-0 au retour), les Bianconeri sont prêts à se mesurer au Bayern qui a, de son côté, tremblé contre . Vainqueurs à l'Emirates Stadium à l'aller (1-3), les Bavarois ont chuté dans leur antre lors du deuxième acte (0-2). Le président a poussé une gueulante et il attend des troupes de qu'elles resserrent les boulons pour ne pas se planter alors que le triplé est toujours à portée de fusil (Ligue des champions , , ).
Article précédent Un scénario qui se dess... Article suivant Bayern : Heynckes-Robbe...