Sanogo, nouvelle arme des Gunners

Alors qu'il était prêt à arrêter le football en 2011, l'attaquant auxerrois, , se retrouve désormais dans le championnat le plus populaire au monde, la . La saison prochaine, il portera les couleurs d'.

Yaya Sanogo


"Est-ce que je pouvais dire vraiment dire non ?". C'est la réponse que donne Yaya Sanogo lorsqu'on lui pose la question de son choix de rejoindre Arsenal. Jusqu'au dernier moment, Guy Cottret, qui venait de racheter l'AJ , a tenté de le convaincre de rester une année de plus au moins. En vain : "Je voulais changer d'air. Il y a plein d'événements qui sont entrés en ligne de compte. Mais je ne crache sur personne. Auxerre restera mon club de coeur, même si la page est tournée" explique le nouveau Gunner dans les colonnes de France-Football.

Mais le choix n'a pas été simple. Il était également convoité depuis de nombreux mois par le LOSC : " m'appelait tout le temps. J'ai beaucoup hésité", précise le joueur. Jusqu'au coup de fil de en fait. Le recruteur des Gunners, lui fait part de l'intérêt d' : "Il venait me voir de temps en temps à Auxerre. Et puis un jour, il m'a convoqué à Paris dans un hôtel. J'étais impressionné. M. Wenger était venu me voir directement à Paris. Il m'a dit que j'aurais ma chance, m'a rassuré sur ma blessure. Il m'a dit qu'il me suivait depuis plusieurs saisons. Ce déplacement a compté dans ma réflexion. J'ai opté pour Arsenal".

Il va ensuite peaufiner sa reflexion en prenant des renseignements auprès de ses amis d'Arsenal comme , ou encore : "Il m'ont dit que c'était un bon club pour moi. Même si beaucoup de gens me disent que je suis trop jeune. Est-ce que je pouvais dire non ? Je ne crois pas. Ca va être une aventure magnifique" prévoit le nouveau joueur d'Arsenal. Mais intérieurement, Yaya Sanogo sait que cette arrivée à Londres n'est qu'une étape de plus franchie dans sa courte carrière à ce jour. En attendant, il va pouvoir se montrer aux yeux du monde entier en disputant avec les U20 français, la de la catégorie. Et prouver une nouvelle fois qu'Arsène Wenger a eu du flair avec un jeune au potentiel prometteur.
Article précédent Mercato, le journal des... Article suivant Arsenal : une offre ins...