Sortie de vestiaires... avec Luiz Gustavo

Le milieu de terrain aura été l'un des hommes de l'ombre du lors de la victoire face à l'Uruguay mercredi soir (2-1, demi-finale de la ). Pour TopMercato, le joueur du revient sur la rencontre et sur son expérience au sein de la Seleção.
Luiz Gustavo
Luiz Gustavo, le Brésil n'a pas eu la tâche facile pour se défaire de l'Uruguay hier soir...

Ce match n'a pas été de tout repos, c'est vrai. C'est sûrement l'adversaire le plus coriace que l'on a rencontré depuis le début de la compétition. L'entraîneur nous avait prévenu que l'Uruguay était une équipe très difficile à battre. Avec leur triplette Cavani-Forlan-Suarez, cette formation est vraiment très dangereuse. Nous avons réussi à contrôler leur milieu de terrain et avons fait preuve d'une belle solidarité défensive, ce qui nous a permis de nous qualifier pour la finale de la compétition. Je tiens à souligner encore une fois l'exceptionnelle prestation de mon compère de l'axe du milieu de terrain, . Il a encore été énorme.

Préfèreriez-vous affronter l'Espagne ou bien l'Italie en finale dimanche prochain ?

Peu importe l'adversaire, nous devons gagner cette compétition. Les deux équipes sont très solides et essayeront aussi d'aller au bout. L'Espagne, de par son statut de champion du monde, semble être une équipe plus complète. Il y a du talent et énormément d'expérience dans toutes les lignes et leur confiance en eux-mêmes est énorme. Nous sommes en train de monter en puissance et nous allons tout donner pour essayer d'aller au bout. Ce serait une très bonne chose à un an de la .

Justement, quelle est l'importance de cette compétition pour l'équipe brésilienne ?

Rencontrer quelques unes des meilleures équipes du monde dans un contexte comme celui de la Coupe des confédérations est une très bonne expérience pour nous. Cela nous permet de travailler, de mettre en place des automatismes et de créer une cohésion au sein du groupe. Il ne faut pas oublier que nous avons changé de sélectionneur il y a quelques mois et qu'il faut encore que les joueurs s'adaptent aux nouveaux schémas de jeu. Cela prend du temps. Le fait de disputer une compétition comme celle-ci est une chance pour nous de progresser et de travailler dans l'objectif de préparer de la meilleure des manières la Coupe du monde de l'an prochain.

Après une saison riche en succès à Munich, vous vous installez progressivement dans l'entrejeu de l'équipe nationale...

J'essaye juste de saisir l'opportunité que Luiz Felipe Scolari me donne pour montrer que je peux aider mon équipe nationale. C'est un rêve pour moi, j'ai travaillé très dur pour en arriver là. Je sais que je ne peux pas me reposer sur mes lauriers et que la concurrence est rude à mon poste, mais je vais tout faire pour faire partie de l'aventure du Mondial.
Article précédent Mercato, le journal des... Article suivant Thiago Silva, Aubameyan...