Son enfance, le football, le PSG... Lavezzi se confie

A la veille du Clasico face à l'Olympique de au stade Vélodrome, a accordé un entretien au quotidien Le Parisien dans lequel il revient sur ses origines, son enfance et son adaptation au PSG.

Ezequiel Lavezzi

L'attachement à ses racines. Originaire de Villa Gobernador Gálvez, en , Ezequiel Lavezzi ne joue plus dans son pays natal depuis 2007 et son arrivée à . Mais le footballeur parisien n'en oublie pas ses origines. "J'y suis resté pas mal à la fin du championnat. J'y ai mes amis, mon affect. C'est important parce que je redeviens l'enfant que j'étais et mes amis me font aussi sentir que je suis leur pote et non pas un joueur de foot." Évoquant sa popularité, "El Pocho" croit être resté le même qu'à ses débuts : "Les gens qui me connaissent depuis tout petit ou ceux avec qui j'ai grandi savent que je suis un mec simple (...) Chaque fois que j'y vais, je fréquente le groupe de mes amis. Donc, je n'ai pas de problèmes liés à mes revenus ou à ma célébrité. Je ne suis qu'un mec de plus dans le groupe."

La chance de sa vie. Interrogé sur le tournant de sa vie, celui d'être devenu un footballeur professionnel, Ezequiel Lavezzi avoue que les choses n'auraient pas pu forcément tourner de la sorte. "J'ai dû faire de gros efforts pour en être là aujourd'hui, mais la chance m'a accompagné. En Argentine, il y a des tas d'enfants qui font les mêmes efforts et n'ont aucune récompense", indique-t-il. La chance, l'ancien Napolitain l'a encore connu au moment où il souhaitait stopper prématurément sa carrière à l'âge de 12 et 16 ans. "En vérité, ce sont mes représentants qui m'ont incité à continuer. Je ne voulais plus jouer, pour des choses qui me regardent. Par chance, ils m'ont convaincu et m'ont fait comprendre que je me trompais en prenant cette décision. Aujourd'hui, je peux dire que, grâce à ça, je vis comme je vis et je suis heureux."

Son quotidien dans la capitale. Devenu aujourd'hui un élément important du PSG, Ezequiel Lavezzi ne regrette pas la décision prise en juillet 2012 de quitter l'Italie pour la France. "C'est une ville où je me sens de mieux en mieux. C'est un endroit magnifique, tout le monde le sait, et je peux en profiter grâce au football, conçoit l'international albiceleste. Ici, le foot ne se vit pas comme en Italie et encore moins comme à Naples. Quand je promène mon chien à Neuilly-sur-Seine, on me salue, on me sollicite de temps en temps pour une photo, mais je peux marcher dans la rue. A Naples, je ne pouvais pas le faire." Quant à ses performances pures avec le champion de France en titre, le footballeur de 28 ans sait sans doute que sa popularité pourrait être encore plus grande avec des statistiques plus intéressantes.
Article précédent PSG : Maldini directeur... Article suivant PSG : Nenê adore I...