Moutinho-Rodriguez, retour sur des transferts opaques

Le est très reconnu dans le milieu des transferts pour savoir réaliser de bonnes affaires sur des joueurs pratiquement inconnus lorsqu'ils arrivent et qui deviennent des joueurs de haut niveau quelques années après. Que le club portugais revend ensuite à prix d'or à l'image de et cet été qui ont été vendu à l'.

James Rodriguez

Moutinho- Rodriguez : deux transferts au révélateur. C'est le titre choisi par le JDD ce dimanche pour évoquer les coulisses des transferts au FC Porto. Un circuit dans lequel règne l'opacité alors qu'étant coté en Bourse, le club portugais doit comme toute entreprise digne de ce nom appliquer une transparence totale sur ses comptes. Dans la réalité, cela ne semble pas le cas, comme le prouve l'enquête du journal dominical.


D'ailleurs, le JDD rapporte que la publication des comptes du club portugais laisse entrevoir un système intéressant et juteux mis en place sur les transferts de Joao Moutinho et James Rodriguez l'été dernier vers Monaco. Mais aussi d'autres joueurs dans le passé comme . En fait, le club portugais aurait lors de cette double vente estivale, surestimé la valeur du jeune Rodriguez (45 M€) par rapport à l'expérimenté Joao Moutinho (25 M€). Ce qui a permis à Porto de ne payer un bonus moindre à l'ancien club de ce dernier, le , qui bénéficiait de 25 % sur la plus-value réalisée pour un joueur vendu en 2010 11 millions d'euros. En minimisant sa valeur dans le cadre de ce double transfert, Porto n'a reversé que 2,85 M€ au club lisboète au lieu d'environ 7 M€. Rien d'exceptionnel et humain pourrait-on dire.

Mais là ou le circuit devient plus compliqué, c'est sur les nombreux intermédiaires intervenus. Sur ce transfert, Gestifute, la société de l'agent ( , Jose Mourinho...), a touché 6,87 M€ du club portugais pour ces deux transferts, soit une commission de près de 10 %. Des commissions auxquelles il faut rajouter les 21 M€ touchés sur le transfert de Radamel Falcao, à Monaco pour 64 M€ cet été. Selon The Guardian, cette somme aurait été reversée dans les caisses d'un fonds d'investissement basé à Malte, Doyen Sports, qui avait aidé à financer le transfert du Colombien de Porto à Madrid en 2011. "Des pratiques interdites en France et en Angleterre, mais autorisées dans les autres grands championnats,où la copropriété des joueurs permet aux clubs de réduire les coûts d'achat et assure des taux de rendements inégalables aux investisseurs" précise le journal.

Et le FC Porto profite bien de ce règlement. Il est allé chercher James Rodriguez en et vendu 35 % des droits du joueur à une société qui appartient à des investisseurs luxembourgeois et de Gibraltar précise le JDD. Et juste avant de transférer ce joueur, Porto a racheté ces 35 % quatre fois plus cher que la valeur d'origine avant de le revendre à Monaco. Et il s'est passé la même chose sur le transfert du joueur vers Monaco avec une autre société qui a récupéré cinq fois sa mise initiale sur 10 % de la valeur du joueur. Un circuit nébuleux ou de nombreux intermédiaires s'enrichissent sur le dos des joueurs et des clubs.
Article précédent Lille-Monaco : les comp... Article suivant Lille-Monaco, rester da...