PSG - Olympiakos, de l'enjeu pour les deux équipes

Ce mercredi soir, l'équipe du Paris Saint-Germain va tenter de valider sa qualification pour les 8es de finale de la . Le club de la capitale est largement favori avant de défier l'. Mais attention de ne pas sous-estimer l'escouade grecque.

Zlatan Ibrahimovic

"Auront-ils les mêmes intentions ?" Le 17 septembre dernier, l'armada du avait dominé l'Olympiakos (4-1). Lors de ce match, les Grecs avaient clairement abattu leur carte offensive et cela n'avait pas payé. Ce soir, les joueurs du Pirée devraient miser sur la prudence et tenter, au fil de la rencontre, de placer quelques contres meurtriers. Pendant une conférence de presse, relayée sur le site officiel du PSG, l'entraîneur parisien a reconnu que la formation grecque n'a pas vraiment intérêt à lâcher les chevaux dès le coup d'envoi de la rencontre. "Jouer haut peut-être à double tranchant pour nos adversaires. Si nous sommes pressés très haut et que l'adversaire ne récupère pas le ballon, cela peut nous mettre dans de bonnes conditions pour marquer des buts, car il n'y aura plus grand monde derrière", a-t-il analysé.

En réalité, le Cévenol se méfie simplement de l'Olympiakos qui peut, notamment, s'appuyer sur un buteur très prolifique autrement dit . Cet attaquant âgé de 25 ans a marqué 17 buts en 15 matches toutes compétitions confondues. Il faudra donc le surveiller comme le lait sur le feu. Malgré cela, le champion du monde 1998 estime que c'est au PSG de faire le nécessaire pour gagner... même si un point suffira afin de se hisser directement en 8es de finale et garder la première place du groupe ce qui est un avantage indéniable en vue du tirage au sort. "Valider notre bon parcours qui ne nous permet pas d'avoir la qualification d'assurée pour l'instant. On va se mettre la pression pour se qualifier et terminer premier. La pression fait partie de ce métier", a-t-il martelé.

Pour sa part, le coach de l'Olympiakos, , a admis que ce bras de fer européen face au PSG est terrible sur le papier. "Il est vrai que ce sera le match le plus difficile de l'année vu la qualité adversaire. Il sera très dur de gagner." Avec ce statut de challenger, le technicien a conscience que le fait de réaliser l'exploit au s'apparenterait à une formidable opération sur le plan comptable. "C'est un match décisif car on peut se qualifier directement en cas de victoire. Notre ambition est donc de nous imposer. L'enjeu est énorme", a-t-il répété. A vrai dire, les Grecs sont bien placés pour le moment dans ce groupe C. Ils occupent la 2e place du classement après avoir pris 7 points au compteur sur 12. Les Kokkini ne sont donc pas là pour faire du tourisme en France alors que se disputera, dans le même temps, la rencontre entre et le .
Article précédent Cinq de chute pour l'OM... Article suivant Les compos probables de...