Son départ de l'OM, la concurrence chez les Bleus, ses ambitions...les confidences de Rémy

Dans un entretien publié ce mardi dans France Football, (27 ans) évoque l'actualité de l'équipe de France et la concurrence qui commence à s'accentuer à trois mois du Mondial brésilien. Le buteur de revient aussi sur son départ de l'Olympique de en janvier 2013.



Auteur d'une belle saison sous le maillot de Newcastle (13 buts en ), Loïc Rémy ne sait toujours pas de quoi sera fait son avenir même si le championnat anglais reste sa priorité. Prêté par les Queens Park Rangers depuis l'été dernier après la descente du club londonien en (D2 anglaise), l'international tricolore préfère se concentrer sur son jeu et ses objectifs avec le maillot bleu. Malgré l'arrivée dans le groupe d' (22 ans), l'attaquant de Newcastle semble plutôt serein. "S'il y a quelque chose dont je n'ai pas peur dans le foot, c'est de la concurrence. Il y a des très bons joueurs qui arrivent. Maintenant, je remarque qu'en France, dans la presse, quand un joueur fait une bonne demi-saison ou une bonne saison, on a tendance à le mettre en haut plutôt que d'attendre qu'il fasse deux ou trois bonnes saisons et qu'il mûrisse bien. Il faut faire attention", a-t-il reconnu.

Après avoir évoqué les dérives du foot business, l'ancien Marseillais a accepté de revenir sur les conditions de son transfert de l'OM vers les Queens Park Rangers en janvier 2013. "La manière dont l'OM m'a vendu, je n'en ai jamais trop parlé, c'était un peu... (Il ne finit pas sa phrase.) J'avais de bonnes relations avec les gens à l'OM, j'étais attaché à la ville, au club. Alors, ça m'a un peu refroidi. Après ça, j'étais blasé de la France", a reconnu l'attaquant tricolore. On apprend également que aurait validé ce départ alors qu' se serait montré beaucoup plus réticent. "Avec lui, c'était spécial. Je pense que ce n'est pas vraiment lui qui prenait les décisions. Il m'a dit des trucs surprenants. Comme si on lui avait soufflé", explique le buteur de Newcastle.

Le Top 5 européen en ligne de mire


Après une première partie de carrière prometteuse mais semée d'embûches, l'attaquant des Magpies espère désormais convaincre un très grand club européen de miser sur son talent. "Aujourd'hui, sans être prétentieux, je pourrais peut-être jouer dans un plus gros club, un club du top 5 européen. Je ne peux pas savoir... Oui, je ferai partie du top 5 européen ou je ferai partie d'un très gros club. Je suis sûr de ce que je sais faire. Je peux encore être bien meilleur, j'ai une marge de progression assez énorme", a-t-il poursuivi.

Dans cet entretien, Rémy révèle ensuite l'une de ses petites habitudes de footballeur pour trouver une source de motivation supplémentaire. "Avant chaque match, je rêve de donner la victoire à mon équipe, ou comment je vais marquer. C'est un bon travail, je pense. C'est un préparateur mental rencontré à Londres du temps de qui m'avait dit : Fais juste un exercice avec toi-même : imagine-toi marquer un but, comment tu le marques", a reconnu le joueur de Newcastle dans France Football.
Article précédent Newcastle : Rémy et le ... Article suivant Tottenham : Rémy convoi...