Les favoris, les promus... La Ligue 2 reprend ses droits

Une semaine avant le début des choses sérieuses en , la saison 2014-2015 de Ligue 2 démarre dans quelques heures. Quels sont les clubs à surveiller pour la montée ? Quel rôle pour les promus ? La rédaction de fait le point sur les forces en présence.

Olivier Echouafni

-VA-Ajaccio, forcément très attendus. Comme chaque saison, les trois équipes reléguées auront à coeur de remonter immédiatement en Ligue 1. A commencer par Sochaux, qui pensait bien se sauver avec les tracas du de Lens. Désormais entraîné , le FCSM a vu son effectif profondément remanié. Avec , Mignot et Bérenguer, cette expérience sera d'une grande utilité pour terminer dans les trois premiers. De son côté, , en proie à de grosses difficultés financières, repart avec sur le banc et Jean-Louis Borloo à la présidence. Enfin, l', toujours sous la houlette de , s'appuiera sur Hengbart, Pedretti et Fauvergue pour retrouver l'élite.

Des outsiders qui ont les crocs. Derrière ces trois formations, de nombreux clubs comptent bien jouer les trouble-fêtes et s'inviter à la table des prétendants à la Ligue 1. En tête, l'AS Nancy-Lorraine de . Au pied du podium la saison passée, l'écurie lorraine a perdu plusieurs éléments (Moukandjo, Mangani, Ayasse), mais les Nardi, Bellugou et Louis sont restés. Le retour de Hadji constitue l'une des attractions de cet exercice. Citons également Angers, très régulier depuis plusieurs saisons et qui espère enfin une consécration. Tours, mais aussi d'anciens pensionnaires de la première division que sont Brest, ou ont bien l'intention d'afficher leurs ambitions. A suivre également le Foot de .

Seulement deux promus... pour le moment. Le sort de Luzenac n'est pas encore connu. Dans l'attente de la décision du Tribunal administratif de , le club ariégeois voit ses deux anciens "camarades" du National débuter leur saison ce vendredi. De retour au premier plan, le champion ne s'attend pas à une partie de plaisir. Mais sur sa lancée de la précédente saison, l'équipe du Loiret rêve d'un avenir à la , deuxième du National puis champion de France de Ligue 2 l'année suivante. Plus petit budget du plateau (4,5 millions d'euros), le Gazélec Ajaccio ne sera resté qu'un an en troisième division. Quelques vieilles connaissances de la Ligue 1 (Ducourtioux, Pujol) seront là pour mettre la formation de sur de bons rails.
Article précédent Ligue 2 : le programme ... Article suivant Sochaux : Pelé met la p...