Le PSG par un trou de souris à Nicosie

Trois semaines après avoir brillé face au , le s'est imposé sur le fil du rasoir sur la pelouse de l'APOEL Nicosie (1-0), mardi soir en . Apathiques et dominés en deuxième période, les joueurs de ont été sauvés par un but en fin de match de Cavani (87e). Avec sept points, Paris conserve la tête du groupe F devant le , vainqueur de l' (3-1).

Edinson Cavani

Et Cavani sauva Paris d'une soirée bien morose. Au terme d'une prestation décevante du PSG, l'attaquant uruguayen, tant décrié depuis de nombreuses semaines, a surgi au milieu de la défense chypriote pour offrir, à la 87e minute de jeu, un succès inespéré pour les hommes de Laurent Blanc sur le terrain d'une valeureuse équipe de l'APOEL Nicosie (1-0). S'il garde les commandes du groupe F avec un point d'avance sur le Barça, tombeur de l'Ajax Amsterdam (3-1), le double champion de France ne retiendra de ce long voyage que le résultat.

Dominant stérilement les débats en première période, face à une équipe chypriote défensive et agressive, le club parisien n'affiche franchement pas un visage séduisant. Bien au contraire, les hommes de Laurent Blanc arrivent à se faire peur sur les quelques percées adversaires, à l'image d'une frappe de Sheridan mise en corner par Sirigu (3e). A Paris, ni une tentative lointaine de (12e), ni un tir de Pastore (20e) et à peine plus une tête de Cavani dans le petit filet (40e) ne perturbent un APOEL Nicosie bien en place.

évite le pire


Dès la reprise, Paris se montre à peine plus dynamique dans ses intentions et Cavani, servi par , oblige Pardo à rester vigilant sur une tête (46e). Totalement asphyxié par le leader du championnat chypriote, le PSG passe même à deux doigts de la correctionnelle. Sur un centre côté gauche de Manduca, la tête de Gomes est sauvée miraculeusement sur sa ligne par un David Luiz (56e) encore vigilant, quelques minutes plus tard, sur un ballon cafouillé pour éviter à Sheridan de marquer (64e).

Alors que la frappe de Lucas réveille un peu les siens (68e), "Lolo", pour redonner des couleurs à ses troupes, fait entrer Cabaye et Bahebeck, deux éléments qui se mettent rapidement en évidence sur une tentative cadrée de l'ancien Magpie, trouvé par le second (73e). Mais c'est bien d'El Matador que va venir le salut à trois minutes du terme, l'ancien Napolitain trompant la vigilance de Pardo du pied droit, sur une action pleine de hargne après une remise de la tête de Bahebeck. Il fallait bien ça au PSG pour ne pas repartir bredouille de Nicosie et, surtout, pour ramener trois points qui suffiront à son bonheur.
Article précédent Lens-PSG : Thiriez dit ... Article suivant Les notes d'APOEL-PSG