Lyon, roi du money time

Balloté, parfois dominé, l' version sait pourtant faire preuve de caractère. A trois reprises depuis le début de saison de L1, les Gones ont puisé dans leurs ressources pour renverser une situation mal engagée, et arracher un résultat finalement positif dans les derniers instants. Cette efficacité récurrente dans le money-time, c'est l'un des ingrédients qui permettent à l'OL de figurer sur le podium de la , à l'orée d'une 18ème journée qui voit l'OL défier Caen (vendredi, 20h30). Retour sur trois soirées " renversantes " de l'OL cette saison.

Samuel Umtiti

PSG-OL (1-1) 6ème journée : Umtiti égalise à la 84ème minute


Rapidement menés au score sur la pelouse du , les Lyonnais s'accrochent et profitent d'un certain relâchement parisien pour rester dans le match. Juste avant la mi-temps, l'OL flirte même avec l'égalisation sur un coup-franc signé Mvuemba, qui s'écrase sur la barre transversale de Sirigu. Dès le retour des vestiaires, le PSG accélère à nouveau, et passe tout près de tuer le match sur une volée superbe signée . Face à la machine parisienne, Lyon s'accroche, sans vraiment laisser entrevoir une possible égalisation. Pourtant, les ressources morales des troupes d'Hubert Fournier vont offrir à l'OL un résultat presque inespéré. A la 84ème minute, profite d'un énorme cafouillage dans la surface parisienne pour tromper Sirigu depuis l'entrée des 16m. enrage : son équipe vient de concéder un troisième match nul consécutif après avoir mené au score. La combativité lyonnaise a trouvé une juste récompense.



Lyon-Reims (2-1) 16ème journée : L'OL arrache la victoire dans les arrêts de jeu


La fessée reçue lors du derby face à l' (0-3) quelques jours plus tôt semble avoir laissé des traces. Les Lyonnais évoluent devant leur public face à une équipe du ventre mou de la Ligue 1. Et pourtant, la fébrilité est palpable. Les passes n'arrivent pas et les erreurs techniques se multiplient. Au terme d'un premier acte très mal géré malgré l'ouverture du score rapide de Tolisso, Lyon rentre au vestiaires sur un score nul presque chanceux (1-1). Si l'absence d'un meneur de jeu comme se fait clairement sentir, et ses coéquipiers parviennent à reprendre l'ascendant sur leurs adversaires au prix d'une bonne dose de courage, dès le retour des vestiaires. Lyon pousse et finit par entrevoir la récompense de ses efforts. A la 91ème minute, le portier rémois Johnny Placide offre involontairement la victoire aux locaux sur une faute de main consécutive à un centre-tir de Lacazette.



-OL (2-3) 17ème journée : Lacazette joue les sauveurs


Décidément, le derby perdu face à l'ASSE a traumatisé les jeunes Lyonnais. Comme une semaine plus tôt face à Reims, l'OL démarre son match à l'envers face au voisin d'Evian. En attaque, le trio Fékir-Benzia-Lacazette fait preuve d'un manque d'inspiration criant et multiplie les mauvais choix. C'est donc assez logiquement que la sanction tombe à l'approche de la pause : Bisevac commet une faute inutile à 25m de son but, et offre l'opportunité à Barbosa de placer une superbe frappe dans la lucarne du portier lyonnais .

Au retour des vestiaires, la causerie d'Hubert Fournier semble pourtant avoir redonné du coeur aux Lyonnais. Plus tranchants, ils remportent enfin leurs duels et s'installent aux abords de la surface éviannaise. Benzia profite d'un coup-franc de Lacazette mal repoussé par Hansen pour égaliser de près. l'ETG reprend l'avantage en contre quelques instants plus tard, mais les Olympiens, qui savent leur place sur le podium en jeu, refusent d'abdiquer. Lacazette place une frappe magnifique sous la barre de Hansen pour offrir l'égalisation à son équipe avant de doubler la mise en transformant un pénalty au bout des arrêts de jeu (3-2, 94ème minute).

Article précédent OL-Caen : les compos ... Article suivant Match Lyon - Caen en ...