Une équipe remaniée pour Ajaccio, le tirage corsé avec Chelsea, le "jeu" de Mourinho... Blanc s'est exprimé

Le PSG a vécu une semaine noire. Les Parisiens ont perdu contre le (1-3) puis face à (0-1). Mercredi soir (demain, 21h), les Franciliens vont tenter de rebondir contre ... tout en regardant, à l'horizon, le 8e de finale de la programmé face à .

Laurent Blanc

Blanc a fixé le cap. Fragilisé après les deux revers consécutifs cités ci-dessus, l'entraîneur du PSG, , a profité d'un entretien relayé via Le Parisien afin d'évoquer la fin de l'année. Pour le Cévenol, son équipe doit tout simplement terminer 2014 avec "deux victoires et 40 points en championnat". Autrement dit, il attend de ses troupes qu'elles s'imposent contre Ajaccio (8es de finale de la ) et face à trois jours plus tard (19e journée de ). "Pour cela, certains joueurs resteront à pour se préparer physiquement et mentalement pour le match de samedi face à Montpellier", a-t-il ajouté. Autrement dit, il y aura "une grande rotation" au niveau des joueurs alignés face à l'ACA en Coupe de la Ligue.

Bien entendu, le vainqueur du Mondial 1998 a parlé du tirage au sort des 8es de finale de la Ligue des champions. Le PSG devra, cette saison encore, se frotter à Chelsea. Laurent Blanc a conscience que ce sera très dur de venir à bout de l'escouade dirigée par . "Chelsea est une très grande équipe. On a encore des souvenirs de la double confrontation de la saison dernière et ils se sont encore renforcés cet été. C'est un gros client qui nous attend." Apparemment, l'ancien sélectionneur des Bleus s'attendait à un tirage aussi difficile après l'obtention de la deuxième place de la poule derrière le Barça.

"Il faut se rendre à l'évidence. En terminant second, on avait très peu de chances de tomber sur une équipe moyenne." Au sujet du coach portugais, qui a laissé entendre que le déplacement à Paris serait "facile" pour ses troupes mais aussi les fans, Laurent Blanc a préféré ne pas souffler sur les braises avant la double confrontation. "Je n'ai pas envie de jouer à ce jeu-là avec José. Il est plus fort que moi sur ce point. On le connaît. (...) Lui aussi avait dû faire ses calculs et anticiper qu'il avait de fortes chances de rencontrer Paris." Vaincu par ce même adversaire la saison précédente, le PSG endossera un costume d'outsider qui pourrait, une fois n'est pas coutume, lui aller à merveille.
Article précédent La lutte OM-PSG-OL pour... Article suivant PSG : sans Ibra, Thiago...