Rétro Coupe du monde : Suarez croque Chiellini (2014)

On dit souvent que les footballeurs, et les sportifs en général, doivent avoir faim pour réussir. En matière de réussite, les facteurs tels que l’envie et la détermination séparent souvent les faibles des forts et sont généralement caractérisés par “la faim”, au sens figuré.

Lors de la Coupe du monde 2014 au Brésil, l'attaquant uruguayen Luis Suárez donna pourtant une autre dimension à cette expression en mordant le défenseur italien Giorgio Chiellini devant le monde entier. Cette action choquante se déroula devant près de 40 000 spectateurs à l'Arena das Dunas, alors que l'Uruguay et l'Italie s'affrontaient à l’occasion de la dernière journée de la phase de groupes.

Après une première mi-temps relativement calme, la foule eut droit à quelques rebondissements, à commencer par l’instant où Claudio Marchisio a vu rouge juste avant l'heure de jeu suite à un duel un peu trop audacieux avec Egidio Arévalo.

Malgré la supériorité numérique dont ils bénéficiaient, Luis Suárez et son coéquipier Edinson Cavani eurent beaucoup de difficultés à percer les lignes défensives de la Squadra Azzurra. Auteur de buts phénoménaux tout au long de sa carrière, le serial buteur surnommé “El Pistolero” n’avait pas pour habitude de se taire devant les filets et la frustration de ne pas pouvoir concrétiser face à l’Italie allait très vite lui faire perdre le contrôle.

La Squadra Azzurra était réputée pour sa solidité défensive et le trio italien composé de Giorgio Chiellini, Andrea Barzagli et Leonardo Bonucci s’est avéré être l’un des plus difficiles à faire flancher. Dans sa cage également, le gardien Gianluigi Buffon (élu plus tard homme du match) était lui aussi au sommet de son art.

La situation était bloquée mais quelque chose devait forcément arriver et l'attaquant uruguayen allait bientôt tout renverser.

Suárez laisse son empreinte sur Chiellini

Suárez décida de prendre les choses en main lorsqu’à la 79e minute, après un très bref duel dans la surface de réparation, il s’empala sur le roc italien Chiellini et le mordit à l'épaule gauche. Ce qui lui traversa l'esprit lors de ce pur moment de folie reste un mystère que seul l'attaquant pourrait résoudre.

Avec l’assistance vidéo de nos jours, il serait inconcevable de voir un joueur responsable d’un tel acte s’en sortir sans un carton rouge. L'arbitre mexicain Marco Rodríguez n'eut pourtant que très peu d'aide à cette époque et sans avoir vu l'incident se produire, il n’eut d'autre choix que de permettre à Suárez de continuer comme si de rien n'était. Une roulade au sol pour simuler un contact involontaire aura somme toute permit à l’Uruguayen de s’en tirer malgré les marques de morsure laissées sur l'épaule du défenseur de la Squadra, mais le drame n'allait pas s’arrêter là.

L’Uruguay parvint à s’imposer grâce à un but de Diego Godín, et de nombreuses échauffourées suivirent sans pour autant pouvoir remettre en cause l’issue de ce match. Les Sud-Américains avaient assuré leur qualification pour les huitièmes de finale à la deuxième place du Groupe D, aux dépens de l'Italie, éliminée en troisième position.

Que s'est-il passé ensuite ?

Comme c'est souvent le cas dans le football, beaucoup de comportements insidieux peuvent échapper à l’arbitrage pendant le match. Suárez profita de cette défaillance technique pour s’en tirer sans sanction immédiate sur le terrain, mais l’affaire fut réexaminée peu de temps après par les responsables de la FIFA.

L’institution infligea une double sanction à l'attaquant de la Celeste, soit une suspension pour neuf matchs internationaux ainsi qu’une interdiction de pratiquer une quelconque activité liée au football pendant une durée de quatre mois. Il fut également condamné à une amende de 100 000 francs suisses par l'instance dirigeante qui expliqua que la durée de l'interdiction – la plus longue attribuée au cours de l'histoire la Coupe du monde – était basée non seulement sur l'action de la morsure, mais également sur deux autres infractions de Suárez .

L'Uruguay fit de son mieux pour faire appel de la décision, mais sans surprise, son recours fut très rapidement rejeté. Suárez fut ultérieurement autorisé à s'entraîner et à jouer des matchs amicaux pour son nouveau club de Barcelone.

Cette sanction mit un terme immédiat au parcours de Suárez lors de cette édition 2014, et ses coéquipiers ne tardèrent pas à le rejoindre puisqu’ils s’inclinèrent sur le score de 2 buts à 0 face à la Colombie en huitièmes de finale.

Plus de controverses sur Luis Suárez en club et en sélection

La morsure tristement célèbre de Luis Suárez n'est pourtant pas le moment le plus controversé de sa tumultueuse carrière. En vérité, il ne s’agissait pas de son premier grand moment de folie en Coupe du monde.

Quatre ans auparavant, l'attaquant avait déjà fait la une en Afrique du Sud à l’occasion de l’affiche Uruguay-Ghana en quart de finale. En prolongation, Luis Suárez s’improvisa gardien de but pour sauver son équipe d’une action décisive menée par les Black Stars. Il fut évidemment expulsé et un penalty fut accordé au Ghana. La frappe du malheureux Asamoah Gyan heurta ensuite la barre transversale, pour le plus grand plaisir de l’Uruguayen qui comprit immédiatement l’ampleur de son sacrifice. Le match s'était alors soldé par une séance de tirs au but et la Celeste remporta la partie.

Quelques antécédents

En ce qui concerne la morsure, Giorgio Chiellini n’était pas la première victime de Luis Suárez. Sous les couleurs de l'Ajax en 2010, l'attaquant impétueux fut d’abord suspendu par son propre club pour deux matches après avoir mordu Otman Bakkal du PSV Eindhoven. La Fédération royale néerlandaise de football prolongea rapidement cette sanction et Suárez fut exclu pour sept matches d’Eredivisie.

À peine trois ans plus tard, la star uruguayenne allait à nouveau faire parler d’elle en Premier League avec Liverpool. À Anfield lors d’un match contre Chelsea à l’occasion de la 34ème journée de championnat, Suárez mordit à pleines dents le bras du défenseur Branislav Ivanović. Tout comme l'incident contre l'Italie en Coupe du monde, les officiels manquèrent ce fait de jeu, et l'attaquant des Reds resta sur le terrain pour égaliser dans le temps additionnel.

Après le match pourtant, le meilleur buteur de Premier League ne put échapper à une sanction de l’institution. La FA envoya un message clair aux footballeurs du monde entier en prononçant une suspension de 10 matchs contre l’Uruguayen.

Racisme et geste obscène

Avant cette fameuse morsure, la tempête s’était déjà abattue sur la planète Suárez en 2011, lorsque l’attaquant des Reds fut reconnu coupable de propos racistes adressés au défenseur de Manchester United, Patrice Evra. Une suspension de huit matches et une amende de 40 000 £ furent prononcés à son égard.

L’attaquant, également réputé pour tomber dans la surface sans avoir été touché, fut encore suspendu d'un match en raison d’un geste obscène contre les supporters de Fulham.

Chiellini sans rancune

Étonnamment, Giorgio Chiellini révéla plus tard dans son autobiographie qu'il n'avait aucun mauvais sentiment à l’égard de l'Uruguayen.

La malice fait aussi partie du football et je ne dirais pas que c'était illégitime“, peut-on lire dans son livre “Io, Giorgio”. « Pour dépasser un rival, il faut être intelligent. J'admire sa malice. Sans elle, il ne serait qu’un attaquant ordinaire ».

« J'ai marqué Cavani pendant la majeure partie du match, un autre gars difficile à quadriller et contre qui on ne s'était pas retenu. Soudain, j'ai remarqué que j'avais été mordu à l'épaule. Il est allé trop loin, mais c'est sa stratégie au corps à corps et, si je puis dire, c'est aussi la mienne. Nous sommes pareils lui et moi, et j'aime affronter des attaquants comme lui » racontait l’ancien joueur de la Squadra.

Cette compréhension ne fut probablement pas partagée par les supporters de la sélection italienne, éliminée de la Coupe du monde 2014 ce soir-là.

Interrogé sur les faits, Luis Suárez n'eut pas autant d’inspiration à l’égard de son vieil ennemi. Selon l’Uruguayen, il ne s’agissait que d’un contact involontaire avec l'épaule du défenseur, rien de plus. “Ce sont des choses qui arrivent” ajoutait-il pour mettre un terme au débat.

Pas de retrouvailles à la Coupe du monde 2022

La Coupe du monde 2022 au Qatar sera sans doute la dernière de Luis Suarez. Chiellini, pour sa part, ne sera malheureusement pas présent cet hiver.

L’Italie championne d’Europe en titre a manqué de décrocher son billet pour la 22ème édition en échouant face à la Macédoine du Nord lors des barrages de qualification pour le Mondial, et le patron de la défense italienne a annoncé sa retraite internationale un peu plus tôt cette année.

Il joua sa 117e et dernière sélection lors de la Finalissima 2022 face à l’Argentine, championne d’Amérique du Sud, et reste le cinquième joueur le plus capé de son pays, à égalité avec le milieu de terrain Daniele De Rossi.

Chiellini poursuit actuellement sa carrière en MLS après avoir quitté la Juventus pour le Los Angeles FC cet été, mais une rencontre avec l’Uruguayen n’est plus possible pour l'instant, puisque ce dernier vient d’annoncer son départ du club, 4 mois après son retour au Club Nacional où il a été formé.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement