Ajaccio – Nice, nul sur toute la ligne

Pas de vainqueur entre Ajaccio et Nice au terme d'un match rugueux et plutôt ennuyeux lors de la 3e journée de Ligue 1 (0-0). Face à des Corses quasiment inoffensifs, l'OGCN a raté l'occasion de se rassurer avant sa rencontre de Ligue Europe de jeudi.

Au moins Nice aura fait mieux que Lyon et Saint-Etienne, les deux autres européens de la semaine, battus devant Reims (0-1) et à Lille (1-0). Mais ce sera bien là le seul “motif de satisfaction” des joueurs de Claude Puel, accrochés à Ajaccio ce dimanche (0-0). Il y avait pourtant de place pour bien mieux faire, contre une équipe corse qui a fait comme depuis le début de la saison, en ne proposant quasiment pas de jeu, se contentant de s'appuyer notamment sur la qualité de passe de Pedretti et d'appliquer une défense certes solide mais très rugueuse. Le Belge Brüls, dont l'arcade sourcilière a cédé sur un duel aérien avant la pause, ne dira pas le contraire…

Nice, soucieux de se rattraper après sa claque reçue à Limassol jeudi en Ligue Europa, s'est logiquement procuré les meilleures occasions. Mais les Aiglons ont terriblement manqué d'imagination, voire peut-être de jus du fait de l'enchaînement des rencontres. Brüls s'est vu logiquement refuser un but sur hors (7e). Cvitanich, de retour dans le onze de départ, n'a pas su cadrer une frappe repoussée de Mendy (58e) ou l'une de ses rares tentatives (66e). Ce sera bien les seules occasions à se mettre sous la dent pour le public de François-Coty, qui n'a même eu l'occasion de s'enflammer pour ses protégés. Et ce n'est pas la frappe lointaine de Mutu (28e), l'une des deux seules cadrées des Corses, qui a fait vibrer les foules…

La méthode Ravanelli tarde encore à faire effet. Au Parc des Princes la semaine passée, l'ACA avait eu la chance d'ouvrir la marque sur sa seule frappe du match avant de subir et de craquer devant le PSG (1-1). Cette fois, il n'en a rien été. Le coaching de l'Italien, qui a laissé attendre plus de 5 minutes le jeune Gonçalves… qui n'est pas entré, ou a lancé Popescu, un défenseur, en lieu et place de Diarra, un attaquant, n'a rien amené. Mais Ajaccio a deux points après ces trois premières journées et s'en satisfait amplement. Nice en a deux de plus. Un bilan comptable satisfaisant aussi, à défaut d'avoir rassuré avant de jouer son avenir européen jeudi prochain. Il faudra montrer un autre visage, bien plus offensif, pour espérer refaire le retard pris à Chypre.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)