Equipe de France : Griezmann et Saliba justifient le fiasco Tunisie

Invités à s'exprimer devant les journalistes, à deux jours du huitième de finale de la Coupe du monde 2022 contre la Pologne, Antoine Griezmann et William Saliba se sont notamment arrêtés sur la défaite face à la Tunisie (0-1), venue conclure la phase de poules de l'équipe de France.

Antoine Griezmann, France Equipe de France médias

Après deux succès contre l'Australie (4-1) et le Danemark (2-1), la France a terminé mercredi la phase de poules de la Coupe du monde 2022 par une contre-performance face à la Tunisie (0-1), un revers qui ne l'a pas empêché de décrocher la première place du groupe D. Avec il est vrai un onze de départ très (trop) remanié par Didier Deschamps, les Bleus auront sombré contre la sélection de Jalel Kadri, avant de réagir en seconde période grâce à certains cadres entrés en cours de jeu.

“Il faut passer à autre chose”

Parmi eux, Antoine Griezmann. Auteur dans les derniers instants du but de l'égalisation, avant son annulation pour hors-jeu sur une action que la FIFA doit encore trancher après la réclamation déposée par la FFF, l'habituel attaquant de l'Atletico Madrid s'est expliqué vendredi en conférence de presse, à 48 heures du huitième de finale face à la Pologne. “Contre la Tunisie, il y a eu beaucoup de changements, pas d’automatismes, des joueurs n’étaient pas à leur poste, ils savaient qu’ils étaient regardés et seraient encore regardés après. C’était compliqué. Favoris ou non, il faut que l’on soit focus sur nous-mêmes, que l’on garde l’état d'esprit des deux premiers matches où l’on était tous concernés défensivement et offensivement. Il faut passer à autre chose, même si cela fait mal.”

Lui aussi entré en jeu face aux Aigles de Carthage, William Saliba a également donné ses impressions sur la Tunisie. “C’est sûr que l’on n’a pas fait un bon match mais beaucoup de joueurs disputaient leur premier en Coupe du monde et jouaient ensemble pour la première fois. Ce n’est pas une excuse, on n’a pas été bons. On apprend le très haut niveau, on joue pour le pays et c’est une pression supplémentaire par rapport à celle que l'on a en club. Il n’y a pas de petites et de grandes équipes, tout le monde peut battre tout le monde. Même si d’autres nations ont perdu comme l’Allemagne, cela n’enlève pas que l’on soit encore frustrés après cette défaite. Mais on est passé par-dessus ce match et on est maintenant concentrés sur la Pologne, un match à élimination directe où on n’a pas le droit de se louper.”

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement