Maroc : les vérités de Regragui sur le recours contre la France

Face aux médias vendredi, à la veille de la petite finale de la Coupe du monde 2022 entre le Maroc et la Croatie, Walid Regragui est longuement revenu sur le recours déposé par les Lions de l'Atlas face à l'équipe de France.

Walid Regragui, Maroc Coupe du monde 2022

Jeudi, par un communiqué, la Fédération marocaine de football a annoncé avoir déposé une réclamation, à la suite de la demi-finale de la Coupe du monde 2022 perdue par les Lions de l'Atlas face à l'équipe de France (0-2). Les Marocains s'estiment lésés de deux penalties, notamment sur le contact entre Théo Hernandez et Sofiane Boufal en première période. Convié ce vendredi devant les journalistes, à 24 heures du match pour la troisième place contre la Croatie, le sélectionneur du Maroc Walid Regragui a évoqué le recours de ses dirigeants, qu'il juge justifié même s'il ne remet pas en question la présence des champions du monde 2018 sur la dernière marche.

“C'est de bonne guerre”

“La Fédération a fait ce qu'elle devait faire. On n'oublie pas que la France a fait pareille avec la Tunisie alors qu'elle était qualifiée. Toutes les fédérations font leur travail. Ça n'enlève en rien la qualification de la France. Quand il y a des erreurs d'arbitrage, c'est bien de le signaler. Surtout s'il y a erreur, c'est d'avoir donné un jaune à Sofiane. Si le penalty avait été sifflé, serions-nous qualifiés pour la finale ? Ce n'est que de l'extrapolation. Il y avait penalty, il faut le signaler. La France, alors qu'elle était qualifiée, s'est plainte pour ne pas perdre le match contre la Tunisie. C'est de bonne guerre. On a une Fédération qui travaille aussi. Elle a fait ce qu'elle devait faire. Ça ne change rien à la suite de la compétition. On souhaite bonne chance à la France, mais je pense qu'on a été lésés d'un penalty, ou au moins d'un non carton jaune à Sofiane Boufal. C'est le football, il faut l'accepter.”

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement