Pelé : Mbappé, trois Brésiliens, un Américain… Les 5 “héritiers” du Roi

Depuis la retraite de Pelé en 1977, plusieurs joueurs ont hérité de l’étiquette de successeur du Roi, certains avec succès, mais la plupart ont viré au flop. «Beaucoup de joueurs ont souffert parce que quand ils ont pris la position de Pelé, (…) , ils avaient la pression. On dirait qu’il fallait qu’il y ait un nouveau Pelé dans le football brésilien, or chacun est unique», expliquait une autre légende brésilienne, Zico, à l’AFP en 2014. Voici le Top 5 des « nouveaux Pelé ».

  1. Freddy Adu, l’ex-future star

Né au Ghana, Freddy Adu a grandi aux Etats-Unis. En 2004, l’attaquant a disputé son premier match en professionnel à seulement 14 ans avec DC United et cette précocité lui a très vite valu des comparaisons avec Pelé dans un contexte où le football connaissait une popularité grandissante au pays du soccer. Mais le prodige n’a jamais atteint le statut de superstar, loin s’en faut…

En échec lors de ses premières expérience européennes à Benfica et Monaco, l’Américain, aujourd’hui âgé de 33 ans, a progressivement glissé vers des championnats de seconde zone : Serbie, Finlande, Suède… Malgré 17 sélections avec la Team USA (pour 2 buts) et un court passage à Bahia au pays du Roi en 2013, Adu aura été loin d’accomplir la carrière qui lui était promise.

  1. Washington, le pionnier

Cadet de 11 ans du Roi, attaquant et Brésilien comme lui, Washington Luiz de Paula est considéré comme le premier des nouveaux Pelé. Problème : après avoir fait sensation lors du Tournoi de Cannes en 1972 et évolué avec la Seleçao Olympique, l’attaquant passé par les Corinthians et Guarani, n’est jamais parvenu à percer véritablement. Il est décédé en 2010 à 57 ans d’une insuffisance rénale.

  1. Robinho, le talent égaré

Précoce, bourré de talent et formé à Santos : forcément avec autant de points communs, Robinho ne pouvait qu’hériter lui aussi du statut de « nouveau Pelé ». «Ce gamin deviendra grand», lui prédisait d’ailleurs le maître. Lancé en pro à 18 ans en 2002, transféré au Real Madrid trois ans plus tard pour 28 millions d’euros, l’attaquant déçoit pourtant rapidement à la Casa Blanca après une première saison pleine de promesses et rejoint trois ans plus tard Manchester City avec qui l’histoire se répète.

Parvenu à se relancer en rentrant à Santos en 2010, le dribbleur convainc le Milan AC de miser sur lui. Là aussi, les débuts sont prometteurs jusqu’à ce qu’une affaire de viol, pas la première, vienne ternir son image et lui vaille en 2017 une condamnation à neuf ans de prison de la part de la justice italienne (peine qu’il n’a pas effectuée). Chine, Turquie, nouveau retour à Santos : sa fin de carrière va s’avérer pénible et loin des sommets qui lui étaient prédits…

  1. Neymar, la symphonie inachevée

Lui aussi issu de Santos et révélé en 2010 au moment du retour de Robinho, avec qui il forma un duo redoutable, le Ney a un peu moins été comparé à Pelé en raison de son registre un peu différent. Reste qu’il a porté comme lui le numéro dix et hérité de la pression qui va avec.

A la différence de Robinho, et malgré quelques frasques et un penchant assumé pour la fête, le Brésilien a connu une carrière en Europe convaincante avec le FC Barcelone et le Paris Saint-Germain. Mais diverses blessures l’ont pénalisé et il n’a jamais gravi la dernière marche, celle qui aurait dû le conduire à remporter le Ballon d’Or et à succéder au duo Messi-Ronaldo…

  1. Mbappé, le véritable héritier ?

Il n’est pas Brésilien mais sa précocité, notamment lors de la Coupe du monde 2018 a inévitablement mis en avant des similitudes avec le Roi, qui s’est pris au jeu. «Si Kylian continue d’égaler mes records comme ça, je vais devoir rechausser mes crampons», a ainsi lancé Pelé. Puis les deux hommes se sont rencontrés en 2019 lors d’une opération promotionnelle, nouant une relation «forte», teintée d’un profond respect.

«Mbappé peut devenir mon héritier et je ne le dis pas pour plaisanter. Je me revois dans sa capacité à jouer vite. C’est un attaquant qui pense rapidement», l’a encore encensé le Brésilien pour Sportweek en 2021. Au vu de ce qu’il a déjà accompli à 24 ans, avec notamment deux finales de Coupe du monde au compteur, dont un sacre, le Parisien est certainement celui qui se rapproche le plus de Pelé.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement