Son transfert, l’adaptation difficile, une mise en garde pour les Bleus, son futur… Belhanda en piste !

L’été dernier, Younes Belhanda a choisi de quitter Montpellier et de rejoindre le Dynamo Kiev. Même si son arrivée en Ukraine n’a pas été facile à digérer, le milieu de terrain pense qu’il a bien fait de filer dans ce pays.

Younes Belhanda

Un imbroglio vite dissipé. Alors qu’il venait tout juste de signer son contrat au Dynamo Kiev l’été dernier, Younes Belhanda a été traversé par un doute au sujet de ce choix. Un jour après sa présentation officielle, le milieu de terrain marocain songeait à mettre les voiles et à entamer un bras de fer avec les dirigeants ukrainiens. Au final, tout est rentré dans l’ordre à partir du moment où une discussion entre quatre yeux a eu lieu entre les deux parties concernées. Aujourd’hui, le footballeur âgé de 23 ans ne regrette pas d’avoir rejoint le Dynamo Kiev. “Je n’ai pas eu d’offre d’autres grands clubs et celle du Dynamo ne se refusait pas. J’ai signé ici sans complexes. (…) Je sais bien que beaucoup de gens disaient que j’allais me perdre là-bas, dans ce foot ukrainien qui ne vaut rien. Ils oublient que Kiev est une belle ville, le Dynamo un club bien et que l’Ukraine est une nation de football”, a-t-il rappelé dans les colonnes de L’Equipe.

A vrai dire, Younes Belhanda a eu besoin de plusieurs semaines afin de prendre ses marques dans ce club. “Ça a été compliqué pour moi de changer de vie du jour au lendemain. Un autre problème tenait au fait que l’équipe était modifiée tout le temps, que l’on perde ou que l’on gagne.” Le natif d’Avignon a ajouté que “ça a été difficile” dans la mesure où il s’est retrouvé “tout seul sur le banc” sans pouvoir parler vraiment à un partenaire. Avec le recul, Younes Belhanda juge que cela lui a permis de faire son autocritique plus facilement. “Quand tu es livré à toi-même, tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même. Ça m’a mis face à mes responsabilités, avec tout à prouver.” Au fil du temps, le Marocain a pris ses marques au Dynamo Kiev et le fait que l’entraîneur Oleg Blokhine soit “ouvert à la discussion” lui a permis de relever la tête (16 apparitions, 6 buts). Bien évidemment, Younes Belhanda va suivre de très près les barrages de la Coupe du monde entre la France et l’Ukraine (15 et 19 novembre).

Pour lui, les Bleus ne doivent pas sous-estimer cette sélection. “Ce sont des super travailleurs, plus disciplinés que nous. Ils ont cette faculté à répéter les efforts de la première à la dernière minute. L’équipe de France va d’ailleurs pouvoir s’en rendre compte. Son premier match va être compliqué à Kiev. Il sera même décisif. Car si les Bleus ne font pas un bon pas à l’aller, les Ukrainiens seront très durs à jouer au Stade de France”, a-t-il mis en garde. Après cela, Younes Belhanda a évoqué son avenir. Bien entendu, il ne veut pas effectuer toute sa carrière au Dynamo Kiev. Pour lui, cette écurie s’apparente à un tremplin vers un championnat plus huppé en Europe. “Peut-être que je n’ai pas fait ce qu’il fallait la saison passée pour attirer un club anglais. Je dois donc passer par l’Ukraine pour parvenir à mes fins. (…) Avec Benoît (Trémoulinas), on se dit que si on parvient à ressortir d’ici, on sera costauds.” En attendant, Younes Belhanda continue de faire son bonhomme de chemin à l’Est de l’Europe sans tendre l’oreille lorsqu’il est attaqué par ses détracteurs.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)