Le couperet ukrainien, ses galons de titulaire, la concurrence avec Benzema… Les mots de Giroud !

Ce vendredi soir (20h45), l’équipe de France va défier l’Ukraine en barrage aller du Mondial 2014. Avant la rencontre à Kiev, l’attaquant Olivier Giroud a accordé un entretien à L’Equipe.

Olivier Giroud

“Pas le droit à l’erreur.” Lorsqu’il a été interrogé au sujet du barrage face à l’Ukraine, Olivier Giroud a déclaré que plusieurs mots lui viennent à l’esprit lorsqu’il s’agit d’évoquer ce double rendez-vous capital : “élimination directe” ou encore “match de haute importance”. A l’image de tous les Français, ou presque, le joueur d’Arsenal sait pertinemment que l’heure du verdict a sonné pour le football tricolore. L’ancien buteur de Montpellier considère que ce genre de confrontation se joue, très souvent, sur l’aspect mental. “Il faut essayer de ne pas se mettre trop de pression, ne pas être envahi par la nervosité. Si tu es trop nerveux, tu te crispes. Il ne faut pas être inhibé par l’enjeu.”

Cette saison, Olivier Giroud et l’équipe d’Arsenal ont disputé “le tour préliminaire de la Ligue des champions” face à Fenerbahçe. Inspirés face aux Turcs, les Gunners avaient franchi l’obstacle avec deux succès à la clef (3-0 et 2-0). “Ça s’était bien passé”, a reconnu celui qui devrait être aligné d’entrée de jeu contre l’Ukraine ce soir. A ce propos, Olivier Giroud sait pertinemment qu’il a désormais une petite longueur d’avance sur Karim Benzema. Néanmoins, le footballeur âgé de 27 ans ne s’enflamme pas car il sait que la roue tourne très vite. “Attention, le foot, et c’est très sérieux, est un éternel recommencement. Je ne suis pas arrivé, je ne m’enflamme pas. Là, je me sens plus à l’aise car je joue davantage, je suis plus en confiance.” Avec le recul, Olivier Giroud sait quand même qu’il a franchi plusieurs obstacles pour être “le numéro 1” aux yeux de Didier Deschamps.

“En équipe de France, quand tu débarques, tu te retrouves au milieu des meilleurs joueurs français… Ce n’est pas si facile, franchement. Les choses ont évolué et j’ai conscience de ce changement”, a-t-il assuré. Même si la concurrence avec Karim Benzema existe, comme avec d’autres artilleurs, force est de constater qu’Olivier Giroud a félicité ce dernier lorsqu’il a débloqué son compteur buts contre la Finlande (3-0). “Ce n’est jamais facile de traverser une mauvaise période. Pour un attaquant, c’est dur. On passe tous par là. On est solidaires et concurrents. Il n’y a aucun souci. Nous, ce qu’on veut, c’est aller au Brésil.” Même si Karim Benzema et Olivier Giroud ne seront sûrement pas alignés ensemble face à l’Ukraine, on peut dire, sans trop s’avancer, que les Bleus comptent sur eux pour faire trembler les filets à plusieurs reprises.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)