L’Ukraine s’offre une France dos au mur

Grosse désillusion pour l’équipe de France. A Kiev, les Bleus de Didier Deschamps se sont inclinés face à l’Ukraine (2-0), vendredi soir en barrage aller de la Coupe du monde 2014. Dans quatre jours au Stade de France, ils auront deux buts à remonter pour espérer faire le voyage au Brésil.

Ukraine

Et le temps des festivités d’un tirage au sort clément n’est désormais plus que de l’histoire ancienne. Considéré par beaucoup d’observateurs comme l’adversaire le plus abordable de ces barrages, l’Ukraine n’a pas simplement joué un mauvais tour à l’équipe de France. A la maison, les joueurs de l’Est ont tout simplement pris une très grosse option pour la qualification à la Coupe du monde 2014 au Brésil. Grâce à deux buts de Zozoulia et Yarmolenko, la sélection de Fomenko n’enterre pas définitivement les illusions des Bleus, mais ces derniers devront s’imposer mardi prochain 3-0 pour aller l’année prochaine en Amérique du Sud. “C’est un très mauvais résultat, mais il faut y croire. On a encore 90 minutes chez nous“, résumait sur TF1 Deschamps au coup de sifflet final. Il n’empêche que ce soir, tout un pays tremble à l’idée de ne pas participer à l’événement planétaire.

On attendait de l’engagement de la part des joueurs ukrainiens. Sur ce point, les Bleus n’ont pas été déçus, à l’image d’un Olivier Giroud parfaitement cadenassé par la défense adverse. En première période, la France peine à trouver des solutions. Hormis une tentative de la tête de Giroud (6e) et un débordement de Ribéry, contré par Koutcher (16e), les joueurs de Didier Deschamps subissent quelque peu l’impact physique de l’Ukraine, solide derrière et dangereux devant. Décalé sur la droite par Yarmolenko, le capitaine Rotan sert Edmar, dont la tête aux six mètres au devant de Koscielny ne trouve pas le cadre (29e). Dix minutes plus tard, Debuchy évite à Konoplianka de cadrer sa tentative, concluant un premier acte très intense dans les duels, insipide techniquement et sans franche occasion.

Le spectre du Mondial américain

Dès la reprise, les Bleus se montrent plus incisifs et les Ukrainiens un peu moins agressifs sur le porteur du ballon, même si ce sont encore les locaux qui parviennent à se mettre en position de frappe par Fedetski (53e) puis Konoplianka (56e), obligeant Lloris à une parade en deux temps. Du mieux en trompe l’oeil puisque quelques instants après, le gardien de Tottenham doit s’incliner sur un très bon mouvement de Stepanenko suivi par Edmar et conclu de près par Zozoulia du pied droit malgré le retour de Debuchy (1-0, 61e). Dos au mur, la France réagit mais Nasri, trouvé en profondeur par Ribéry, manque son duel, au contraire d’un Piatov vigilant (65e). Recroquevillé dans son camp, l’Ukraine tient bon face à la domination stérile des Tricolores.

Malgré les entrées en jeu de Sissoko, Benzema puis Valbuena, la France n’y arrive pas et s’enfonce après un penalty accordé par M. Cakir pour une faute il est vrai peu évidente de Koscielny sur Zozoulia. Du droit, Yarmolenko place sa tentative sous la barre de Lloris (2-0, 83e), qui ne peut que toucher légèrement le ballon, pour un break aussi inattendu que catastrophique pour des Bleus qui terminent même la partie à dix pour un geste d’anti-jeu de Koscielny (91e). Si Koutcher manquera lui aussi le match retour pour un second carton rouge (95e), ce sont bien les Ukrainiens qui font la fête et les Français qui rentrent aux vestiaires tête basse. Mardi prochain au Stade de France, la France voudra devenir la première nation à remonter un handicap de deux buts et s’éviter une première absence à la Coupe du monde depuis 1994, aux Etats-Unis.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)