Suède-Portugal, Croatie-Islande… qui au Brésil ?

Les barrages de la zone Europe de la Coupe du monde 2014 s’achèveront mardi soir par la rencontre entre la France et l’Ukraine. Avant cela, trois autres matches seront terminés et auront permis de connaître d’autres pays qualifiés pour le Mondial brésilien. Notre rédaction vous présente les enjeux.

Cristiano Ronaldo

Suède-Portugal (0-1)

Véritable affiche de ces barrages, ce Suède-Portugal va mettre un terme à un insoutenable suspense : qui de Cristiano Ronaldo ou de Zlatan Ibrahimovic restera à la maison l’an prochain ? Avant le retour à Solna, dans la banlieue de Stockholm, les Portugais de Cristiano Ronaldo disposent d’une courte avance (1-0) grâce à la réalisation tardive de la star merengue. Mais le plus dur reste à faire, celui de résister à la vague suédoise emmenée par l’attaquant du PSG, désireux de qualifier sa sélection au Mondial après un match aller décevant de sa part. Pour y parvenir, la Suède dirigée par Erik Hamren va devoir inscrire au moins deux buts et surtout ne pas en concéder. Forcément, le Portugal sera qualifié en cas de succès ou de match nul et peut même “se contenter” d’une défaite 2-1.

Croatie-Islande (0-0)

Après le 0-0 à Reykjavik, tout reste à faire entre la Croatie de Mario Mandzukic et l’Islande d’Eidur Gudjohnsen. A Zagreb, la sélection croate, troisième de la Coupe du monde 1998, dispose quand même de l’avantage du terrain pour ce barrage retour. Beaucoup plus expérimentée et pouvant compter sur le buteur du Bayern Munich mais aussi sur Luka Modric (Real Madrid), Vedran Corluka (Lokomotiv Moscou, ex-Tottenham) et Ivica Olic (Wolfsburg), l’équipe aux Damiers vise la quatrième phase finale de son histoire, elle qui n’était pas de la fête en Afrique du Sud. En face, les Islandais n’ont pas hypothéqué leurs chances, mais s’imposer en Croatie constituerait une sacrée performance pour des joueurs très peu connus, hormis l’ancien Blue et Gylfi Sigurdsson, qui évolue à Tottenham. L’Islande n’a jamais participé à un Mondial.

Roumanie-Grèce (1-3)

Sur le papier, la Grèce a pris une belle avance après son succès de l’aller (3-1), notamment grâce à un doublé de l’avant-centre de l’Olympiakos Konstantinos Mitroglou. La sélection menée par le Portugais Fernando Santos n’a plus que 90 minutes pour valider son billet pour l’Amérique du Sud et s’assurer une troisième présence à une Coupe du monde, après 1994 et 2010. Une victoire ou un match nul et les Grecs seront de la fête. La bonne nouvelle, c’est qu’un revers 1-0 ou 2-1 n’empêchera pas le champion d’Europe 2004 de faire partie des 32 nations qualifiées. Méfiance tout de même à des Roumains qui, à Bucarest, vont tout donner pour inscrire rapidement un but et faire douter les visiteurs, un peu à l’image de la France. Emmenée notamment par Costel Pantilimon (Manchester City), Vlad Chiriches (Tottenham) et Ciprian Marica (Getafe), la Roumanie, sept fois au Mondial, rêve d’un 2-0.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)