Mercato - OL : Rothen enfonce Cherki

Suite à l'élimination de l'Olympique Lyonnais en Coupe de France mercredi, Jérôme Rothen ne s'est pas montré tendre avec Rayan Cherki, critiquant notamment son attitude.

Opposé au FC Nantes dans le cadre des demi-finales de la Coupe de France, l'OL s'est logiquement incliné (1-0) et a sans doute laissé passer sa dernière chance de sauver sa saison. Auteurs d'une prestation décevante, les hommes de Laurent Blanc sont passés complètement à côté de la rencontre, ne se créant que très peu d'occasions.

Alors que le coach des Gones a déclaré que la fin de saison allait être longue et que son capitaine, Alexandre Lacazette a jugé cette défaite “méritée”, journalistes et consultants se sont montrés beaucoup plus incisifs pour décrire la prestation de l'actuel 9ème du championnat de France. Un joueur en a d'ailleurs pris pour son grade : Rayan Cherki. Qualifié de “joueur sans QI” par Daniel Riolo, le milieu offensif a aussi été la cible des critiques de Jérôme Rothen, sur les ondes de RMC.

“Un joueur de football à cinq”

J’avais été assez dur il y a deux ans avec lui, puis j’avais rétropédalé parce que j’avais trouvé que les entraîneurs ne lui faisaient pas assez confiance, a d'abord expliqué l'ancien milieu gauche de l'AS Monaco. Ça a changé, car Laurent Blanc est arrivé et en a fait une pièce essentielle de son effectif. Mais ce que je vois depuis cinq-six matchs, ce sont les défauts de Rayan Cherki que j’avais mis en avant, il y a quelques mois. On a l’impression que c’est un joueur de foot à cinq. Il prend le ballon quasiment toujours arrêté. Il manque de volume, de bons déplacements, de relations avec ses coéquipiers. Sur le match d’hier, je me dis que ça doit être très compliqué, quand tu t’appelles Tolisso, de jouer avec un joueur comme Cherki devant lui qui est assez libre sur le terrain, de le trouver.

Le consultant n'a pas hésité à également mettre en avant son manque d'implication : “Et puis il y a une attitude. C’est inconcevable qu’un joueur de haut niveau puisse être régulier avec cette attitude. Arrêtez de me dire que Cherki a du talent. Qu’il se remette en question avant de parler de pépite parce qu’il en est loin aujourd’hui.

Malgré son jeune âge (19 ans), Cherki semble avoir du mal à passer un palier en dépit de l'arrivée de Laurent Blanc, qui lui donne beaucoup plus de temps de jeu. Le natif de Lyon n'a, pour l'instant, montré son potentiel que sur de courtes séquences.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.