Enfin le grand saut en Europe pour Ganso ?

Lorsqu’il jouait encore à Santos, Ganso était considéré comme étant l’un des plus grands espoirs du foot brésilien à l’image de Neymar. Mais le milieu offensif n’a toujours pas « explosé ». Seul un départ en Europe pourrait lui permettre de franchir un cap notamment sur le plan mental.

Ganso


Une alerte rouge pour Ganso. Il y a environ deux semaines, le sélectionneur de l’équipe nationale du Brésil, Luiz Felipe Scolari, a annoncé la liste des 23 joueurs retenus en vue du Mondial. Bien entendu, le milieu offensif de São Paulo avait vraiment très peu d’espoirs d’en faire partie étant donné qu’il n’a pas été sélectionné depuis environ deux ans. A vrai dire, Ganso a peut-être eu un déclic sur le plan mental en apprenant qu’il ne disputera pas la Coupe du monde dans son pays natal. Il y a encore quelques années, le footballeur âgé de 24 ans était vraiment sur une pente ascendante.

Mais à contrario de Neymar, qui a rejoint le Barça, Ganso n’a jamais réussi à confirmer les espoirs placés en lui. Résultat des courses, le natif d’Ananindeua a perdu de sa superbe et sa cote a baissé. Son transfert à São Paulo, acté en septembre 2012, aurait dû lui permettre de retrouver de l’allant. C’était sans compter sur des blessures, des performances en dents de scie et un manque d’efficacité criant. Depuis le début de la nouvelle saison, Ganso a retrouvé des sensations puisqu’il a marqué 2 buts et distribué 3 passes décisives en l’espace de 6 journées. Le tout est de savoir si le chef d’orchestre pourra, ou non, embrayer et donc afficher une belle régularité.

A en croire le média UOL Esporte, ce réveil de Ganso, sur le rectangle vert, ne laisserait pas les dirigeants de Naples indifférents. Les Partenopei seraient entrés en piste afin d’essayer d’obtenir la signature de Ganso alors que le mercato estival approche à grands pas. Il y a deux jours, les parties concernées auraient réussi à s’entendre sur le plan salarial. Désormais, les Napolitains n’auraient plus qu’à régler la question qui concerne les droits contractuels de Ganso dont 68% sont détenus par les décideurs du groupe Sonda. Dans le passé, les gestionnaires du Milan AC s’étaient cassés les dents à ce sujet. On verra si les pensionnaires du Stade San Paolo auront plus de réussite.