Suisse-Equateur, une Nati très attendue

Futurs adversaires de l’équipe de France, la Suisse et l’Equateur s’affrontent, dimanche à Brasilia (18 heures), pour le premier match du groupe E de la Coupe du monde 2014. L’occasion de juger du niveau de la Nati menée par l’Allemand Ottmar Hitzfeld.

Diego Benaglio

La Suisse fait partie des grandes interrogations du Mondial, et les Bleus ne manqueront pas de jeter un oeil sur sa prestation face à l’Equateur avant de défier le Honduras. Forte au Brésil d’un statut de tête de série et d’une sixième place au classement Fifa, la sélection helvète surprendra-t-elle son monde ? Première de son groupe des éliminatoires de la zone Europe devant, il est vrai, des nations de seconde zone (Islande, Slovénie, Norvège, Albanie, Chypre), la Nati a remporté ses deux rencontres de préparation contre la Jamaïque (1-0) et le Pérou (2-0). Rien d’exceptionnel sur le papier, mais les joueurs d’Ottmar Hitzfeld se présentent pour cette Coupe du monde avec beaucoup de confiance.

Cette année, la Suisse est à la recherche de son glorieux passé. Quart de finaliste du Mondial à trois reprises (1934, 1938, 1954), elle reste en revanche sur une élimination au premier du tour en Afrique du Sud. Opposés à l’Espagne, au Chili et au Honduras, les partenaires de Diego Benaglio s’offraient pourtant le scalp de la Roja. A l’époque, l’ancien entraîneur du Bayern Munich en était déjà le sélectionneur, lui qui occupe ce poste depuis juillet 2008. “Nous avons commencé la transition d’une génération à l’autre il y a quatre ans, nous avons rajeuni le groupe en gardant des joueurs d’expérience. L’équipe est meilleure, elle est plus offensive, plus créative, avec une meilleure organisation qu’en 2010“, prévenait-il sur le site de la Fifa.

S’appuyant sur des garçons évoluant, pour certains d’entre-eux, dans de grands clubs – Stephan Lichtsteiner à la Juventus Turin, Valon Behrami et Gökhan Inler à Naples, Xherdan Shaqiri au Bayern Munich – Ottmar Hitzfeld évoque une sélection “très bien organisée, capable de faire la transition vers l’avant rapidement.” S’il se montre ambitieux – “Mon rêve est d’arriver en huitièmes de finale, et ensuite nous pourrons rêver avec plus loin” – il tient à prendre “avec le même sérieux” l’Equateur, la France et le Honduras dans ce groupe E. Finalement, comme pour les Bleus, l’heure de vérité a sonné pour la Suisse.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement