OM : Haise prend position sur le geste de Payet !

Cinq jours après l'affrontement entre Lens et l'OM (2-1) les faits de matchs de cette rencontre font toujours autant parler. Présent en conférence de presse, Franck Haise est notamment revenu sur la réaction du club phocéen et sur l'échauffourée entre les deux bancs.

S'estimant floué à plusieurs reprises par l'arbitrage cette saison, l'Olympique de Marseille a publié un communiqué à destination de la LFP, à l'image de ce qu'avait d'ailleurs fait le RC Lens il y a quelques semaines. En marge de la réception de Reims, Franck Haise est revenu sur le but refusé à Alexis Sanchez, à l'origine de la colère des Marseillais.

Sans surprise, le coach artésien estime que Clément Turpin a pris la bonne décision : “Il y aura toujours des débats, ça fait partie du jeu, explique le coach lensois. À la fois en direct et pour avoir revu plusieurs fois la séquence, je reste persuadé qu'il y avait faute. C'est le rôle du VAR. Tout le monde ne sera pas d'accord. Mr Turpin était loin de l'action, ce n'est pas facile à voir, le VAR l'a aidé, mais il y a clairement faute.

Haise ne veut pas que Payet soit sanctionné

Et de poursuivre : “Le communiqué ? À l'époque, nous aussi, nous en avions fait un, c'était plus musical. C'est plus littéraire du côté de Marseille qui défend ses intérêts comme chaque club. Il n'y a pas de soucis. On n'oublie qu'on a parfois été avantagés par certaines décisions, parfois désavantagées.”

Le technicien français a également donné son ressenti sur l'attitude de Dimitri Payet, lorsque les deux bancs se sont chauffés durant la rencontre. Il ne souhaite pas que le Réunionnais soit sanctionné : “Ce qui m'embête, c'est une potentielle sanction parce qu'il y a eu plus de caméras sur ce match. Si c'est vu sur le coup, voilà. D'autant qu'il n'y a rien eu de très grave. J'ai défendu mon ex-capitaine et mon adjoint Cahuzac, mon staff. Lui prend un rouge alors qu'il s'était fait un peu secouer. Mais revenir a posteriori, surtout quand c'est lié à des images de médias, je ne suis pas le plus grand fan de ça.”

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.