Mercato - PSG : Al-Hilal évoque l’arrivée de Messi !

Une chose est sûre : Lionel Messi va bel et bien quitter le Paris Saint-Germain à la fin de la saison. Sa future destination, quant à elle, reste floue alors que le FC Barcelone et Al-Hilal se disputent sa signature.

Passé tout proche d'un licenciement du PSG, Lionel Messi a finalement vu sa sanction annulée par le club et a pu faire son retour à l'entraînement au Camp des Loges ce lundi. Une situation sur laquelle est revenu Christophe Galtier en conférence de presse : “Évidemment que j'ai parlé avec Leo dès son retour, a notamment expliqué le coach parisien. Pour voir dans quel état d'esprit il est. Je l'ai trouvé très serein. Il est très motivé à jouer, très déterminé à glaner encore un titre supplémentaire. Oui, Leo va démarrer demain.

Pour autant, son futur va s'écrire loin de la capitale puisque son départ a été acté par les deux parties. Alors que le FC Barcelone continue de travailler pour faire revenir l'Argentin, l'Arabie Saoudite, et plus précisément Al-Hilal, lui a offert un pont d'or de 360 millions d'euros par an. Une destination envisagée par La Pulga, qui dispose déjà d'un contrat avec l'office de tourisme saoudien. Le président du récent finaliste de la Coupe d'Asie, Fahd Bin Nafel, s'est exprimé sur une possible arrivée du septuple Ballon d'Or.

“Le groupe est plus important qu'un joueur”

Ne me posez pas de questions sur Messi, a-t-il d'abord rétorqué. Je ne vous dirai rien. Si quelque chose sort de notre service de presse, vous l'aurez. Le groupe est plus important pour moi qu'un joueur. Toute star qui vient dans notre club doit savoir que nous sommes un grand club. Notre objectif est d'améliorer l'équipe. Si on se concentre sur une personne, on perd le groupe.

La semaine dernière, l'Agence France Presse (AFP) annonçait que Messi avait décidé de rejoindre le Golfe. Une rumeur démentie par son père et représentant, qui a expliqué qu'aucune décision ne serait prise avant la fin de la saison.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.