Mercato - PSG : Mourinho et Campos ne voudraient pas travailler ensemble !

Annoncé dans le viseur du Paris Saint-Germain et même haut placé dans la liste des prétendants à la succession de Christophe Galtier, José Mourinho ne serait finalement pas le plan A des dirigeants.

Le PSG est à une victoire de décrocher son onzième titre de champion de France. Un succès qui pourrait intervenir dès ce week-end sur la pelouse de l'AJ Auxerre. En coulisse, les dirigeants s'activent pour préparer la saison prochaine et à ce jour, la priorité est de trouver l'entraîneur qui prendra les rênes de l'équipe version 2023-2024.

Ces dernières semaines, le nom de José Mourinho revenait avec insistance, certaines rumeurs faisant même état de discussions entre les dirigeants parisiens et le “Special One”, démenties par la suite par le Portugais : “S'ils me cherchent, ils ne m'ont pas trouvé parce qu'ils ne m'ont pas parlé“, avait-il notamment déclaré. Une version également confirmée par les dirigeants de l'AS Roma, il y a quelques jours : “Ça me rassure que vous me posiez cette question, vous me la posez toujours ! J'espère que vous recommencerez la prochaine fois. Je dirais que la réponse de Mourinho au PSG était parfaite.

Mourinho et Campos ne veulent pas gâcher leur relation

Ces informations seraient véridiques si l'on en croit Le Parisien. En effet, d'après le quotidien, aucun contact n'a été noué entre les deux parties ces dernières semaines et Mourinho n'est pas la priorité du club de la capitale pour succéder à Galtier. La raison ? L'actuel entraîneur de la Roma et Luis Campos ne souhaiterait pas travailler ensemble pour ne pas dégrader leur relation amicale. Une arrivée du Special One est donc très peu probable.

Puisque Zinédine Zidane semble toujours inaccessible et que José Mourinho ne devrait pas rejoindre le Paris Saint-Germain, les dirigeants du club francilien vont peut-être se tourner vers Thiago Motta. Le coach de Bologne également en bonne position dans la liste de Doha, est sous contrat jusqu'en 2024.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.