France-Allemagne, quand le passé refait surface

A chaque fois qu’on est en passe d’assister à un choc entre la France et l’Allemagne, la majorité des gens refait sortir du placard certains souvenirs douloureux. L’affiche de ce vendredi soir (18 heures), en quarts de finale de la Coupe du monde, n’échappe pas à la règle.

Mathieu Valbuena

Schumacher, Battiston et les stigmates de Séville. S’il y a bien une date qui restera à tout jamais gravée dans l’histoire du football français, c’est bien celle du 8 juillet 1982. Ce jour-là, les Bleus avaient affronté la Nationalmannschaft en demi-finale du Mondial espagnol au Stade Sánchez Pizjuán. A l’issue d’un scénario complètement fou, puisque la France menait 3-1 à la 98e minute de jeu durant les prolongations avant de se faire rejoindre, les Tricolores s’étaient inclinés aux tirs au but (5-4). L’attentat commis par le gardien Harald Schumacher sur Patrick Battiston est resté dans toutes les mémoires après l’élimination. Après avoir été lancé par Michel Platini, ce dernier avait été percuté violemment par le gardien de la Nationalmannschaft.

L’arbitre de la rencontre, M. Corver, n’avait pas expulsé le portier germanique alors que le Français avait dû quitter la pelouse sur une civière après ce choc terrible. Si on excepte ce véritable drame footballistique, ensuite surnommé “La Nuit de Séville”, on peut constater que la France et l’Allemagne se sont seulement retrouvées, dans le cadre d’une Coupe du monde, au Mexique en 1986 (2-0 pour la Nationalmannschaft en demi-finale). Le bilan global des confrontations (amicaux inclus, ndlr) nous est favorable puisque nous avons gagné 11 fois, obtenu 6 résultats nuls et concédé seulement 8 défaites.

Une autre histoire à écrire

Mais les acteurs qui seront sur le rectangle vert, dans l’antre du Maracanã, ne penseront sans doute pas à tout cela au moment de défier les hommes de Joachim Löw. Après avoir éliminé le Nigéria (2-0), très difficilement, les Bleus vont tout simplement tenter de faire bonne figure face à l’une des sélections phares en Europe. Sur le papier, ces deux équipes sont vraiment très proches, depuis le début du tournoi, comme l’attestent les statistiques. Par exemple, la France a marqué 10 buts tandis que la Nationalmannschaft en a inscrit 9. Sur le plan défensif, les Bleus ont encaissé 2 réalisations et les Allemands 3. Il est intéressant de constater que les Tricolores attaquent le plus souvent sur le côté droit (90 au total) avec, bien sûr, le milieu offensif Mathieu Valbuena qui devrait poser des problèmes au latéral Benedikt Höwedes.

Si on excepte Manuel Neuer et Philipp Lahm, les Bleus devront surtout surveiller Thomas Müller qui pourrait débuter la rencontre à la pointe de l’attaque… même si ce n’est pas son poste de prédilection. Le joueur du Bayern Munich a inscrit 4 buts et délivré 2 passes décisives. Il pourrait donc livrer un duel à distance avec le canonnier Français, Karim Benzema, qui a marqué 3 fois et donné 2 caviars décisifs. Comme l’a bien dit le sélectionneur Didier Deschamps, l’équipe de France a “une nouvelle page à écrire” aujourd’hui et elle doit être “la plus belle possible”. Dans le camp d’en face, son homologue Joachim Löw a mis l’accent sur le fait que son escouade est prête “à se battre, à mouiller le maillot et à tout donner”. Place au jeu puisque les présentations ont été effectuées depuis belle lurette !

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)