Brésil-Allemagne, qui remportera ce classique ?

Habitués à disputer les derniers tours de Coupe du monde, le Brésil et l'Allemagne s'affrontent, mardi soir à Belo Horizonte, en demi-finales du Mondial 2014. Privée de Thiago Silva et Neymar, la Seleção tentera d'accéder à une dernière marche qui échappait à la Mannschaft lors des deux dernières éditions.

David Luiz

Tout un pays retient son souffle. Présent dans le dernier carré de sa Coupe du monde, le Brésil est à 90 minutes, ou plus, d'une qualification pour la finale du 13 juillet. Auteurs jusque-là d'un parcours semé d'embûches, notamment en huitièmes de finale contre le Chili, les joueurs brésiliens ne sont plus très loin de leur rêve, celui d'accrocher une sixième étoile sur leur maillot. Un peu plus entreprenants face à la Colombie (2-1), au tour précédent, mais toujours aussi brouillons dans le jeu, les hommes de Luiz Felipe Scolari payaient les pots cassés pour se qualifier. Dans quelques heures, ni Thiago Silva, suspendu, ni Neymar, blessé au dos, ne seront sur la pelouse du stade Mineirao de Belo Horizonte.

Privé de son capitaine et de son meilleur joueur, le Brésil sait que sa tâche s'annonce d'autant plus difficile que la pression reste grande sur ses épaules. Malgré cette double absence, les coéquipiers de David Luiz semblent portés par une motivation décuplée. “On ne joue pas seulement pour nous et le pays, et tout ce qu'on avait déjà rêvé, mais aussi un petit peu pour Neymar, pour tout ce qu'il a fait pour nous“, lançait le sélectionneur auriverde en conférence de presse. Depuis le début de la compétition, la star du FC Barcelone, qui sera remplacée par le joueur de Chelsea Willian, avait inscrit quatre buts et (trop) souvent porté sa sélection à bout de bras.

Pour cette deuxième confrontation en Coupe du monde entre les deux pays, douze ans après la finale du Mondial 2002 remportée par le Brésil (2-0) – avec déjà Scolari sur le banc – le quintuple champion du monde devra hausser son niveau de jeu contre une Allemagne se présentant en habituée des grands rendez-vous. Présente pour la quatrième fois de suite en demi-finales, et après deux échecs à ce stade de la compétition en 2006 et 2010 (troisième place), la Mannschaft entend évidemment briser le rêve du peuple brésilien et se rapprocher de la consécration, 24 ans après son dernier sacre.

Comme le Brésil, les protégés de Joachim Löw ont montré des signes de faiblesse, notamment en défense. Bousculée par l'Algérie (2-1 après prolongations), plus solide contre l'équipe de France (1-0) sans pour autant faire preuve d'une sérénité à toute épreuve, cette génération dispute l'un des matches les plus importants de son épopée. Avec forcément moins de pression que le pays organisateur, mais avec la certitude de jouer une rencontre très difficile. Devant les journalistes, Löw avouait redouter l'absence de Neymar. “Les coups durs éveillent souvent des forces supplémentaires. Personne ne doit s'imaginer que notre tâche est devenue plus facile avec le forfait de Neymar, au contraire.” Seul le résultat du match dira si ce forfait aura été préjudiciable à la Seleção.

Camille Fischbach
Diplômé en journalisme sportif à l'ESJ Paris, passé par plusieurs rédactions (Foot365, Sport.fr, Foot Marseille, Daily Mercato), je travaille exclusivement sur Top Mercato depuis plus de dix ans. Fan de l'AS Saint-Etienne, de retour en Ligue 1 après deux saisons de purgatoire, et de Pierre-Emerick Aubameyang, j'apporte mon sérieux et mon professionnalisme à un site en pleine expansion.